Les cinq plus belles stations de métro d’Europe

Certes, votre but premier lors d’une escapade touristique n’est pas la visite des stations de métro. Mais sachez que l’art ne se trouve pas seulement à la surface, vous serez étonnés de découvrir des œuvres si spectaculaires, fruits de l’ingéniosité humaine dans des lieux si sombres et anonymes. Aujourd’hui devenus des lieux familiers, les stations de métro sont souvent personnalisées par des architectes et des artistes visionnaires. Voici notre top 5 des stations de métro les plus remarquables

  1. Toledo, Naples, Italie

Toledo, Naples, Italie - Les cinq plus belles stations de métro d’Europe Élue plus belle station d’Europe, ce n’est pas un hasard qu’elle apparaisse en premier dans cette liste. On parle de musée contemporain, une offre 2 en 1 dans la cité napolitaine pour la modeste somme d’1€30, le coût d’un trajet en métro. Un projet d’un milliard et demi d’euros qui vous fera voyager dans les entrailles de la Terre, entouré de carrés de mosaïques bleus, comme au fond d’une piscine, qu’un puit de lumière relie au monde extérieur. Les Stations de l’Art présentent près de 200 œuvres, c’est un incroyable complexe qui fait partie du réseau des stations de métro de l’art napolitain.

  1. Komsomolskaya (Koltsevaya Line), Moscou

Komsomolskaya (Koltsevaya Line), Moscou - - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeEn deuxième position, les plafonds aux grands lustres ressemblant à une grande salle de bal ornés de mosaïques historiques et accompagnés de décorations de style baroque de la station Komsomolskaïa en Russie. L’architecte Alexeï Chtchoussey a conçu cette station comme l’illustration d’un discours de Joseph Staline prononcé en 1941 , dans lequel il évoquait les souvenirs d’Alexandre Nevski, de Dmitry Donskoï et d’autres figures militaires russes. La station a été ouverte en 1952 pour réduire la congestion de la circulation dans l’un des centres de transport de Moscou. Un véritable musée historique !

  1. Westfriedhof, Monaco, Munich

Westfriedhof, Monaco, Munich - - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeTroisième place sur le podium, la station Westfriedhof à Munich inaugurée en 1998. En 2001 la plate-forme Westfriedhof fut esthétiquement rénovée par onze imposants luminaires en forme de dômes qui égayent l’environnement avec des touches de couleur bleu, jaune et rouge et un design lumineux étonnant. D’ailleurs autant ses murs que ses plafonniers valent le détour. Westfriedhof est l’une des stations de la ligne U1 de l’U-Bahn.

  1. Kungsträdgarden, Stockholm

Kungsträdgarden, Stockholm - - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeCertes, le métro de Stockholm n’est pas bien grand, mais il abrite sous ses trois lignes (verte, route et bleue) une véritable œuvre artistique. Les stations souterraines de la capitale suédoise offre une architecture très éclectique. Transformée par l’artiste Ulrik Samuleson en jardin baroque, statues de marbres, damier et chute d’eau dans la roche, la station de metro représente en réalité la reconstitution d’un chantier de fouilles archéologiques et décrit l’histoire du parc.

  1. Olaias, Lisbonne, Portugal

Olaias, Lisbonne, Portugal - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeLes artistes ont également été invités à diffuser les couleurs dans les sous-sol de la capital portugaise. Le réseau de métro est aujourd’hui, au travers de ses revêtements de faïence, une large galerie d’art contemporaine. Après avoir accueilli une exposition mondiale en 1998 pour célébrer 500 ans d’inventions portugaises, Lisbonne a convoqué ses meilleurs artistes pour aider les 11 millions de visiteurs à naviguer autour de la ville.

Advertisements

Kuala Lumpur en 2-3 jours

Voici un “City Guide” concocté par nos soins qui vous aidera à plannifier votre voyage dans la capitale malaise.

Que voir ? Que faire ? Quand ? Comment ? Et tout cela avec un « low budget » ?
Tant de questions vous assaillent? Vous êtes sur la bonne page.

Si, comme nous, vous voyagez en Asie du Sud-Est pour satisfaire votre curiosité, il est plus que probable que vous passiez par Kuala Lumpur, ou du moins par l’un de ses deux aéroports car c’est, avec Bangkok, une plate-forme logistique incontournable.

Pas besoin d’y passer plus de 3 jours, la Malaisie recèle d’autres sites à visiter. Partez à la découverte des plantations de thé de Cameron Highlands, de la jungle à Taman Negara ou des belles plages paradisiaques.

Les Tours Pétronas (KLLC)

DSC_0205

L’une des plus grandes fiertés des malais c’est bien entendu les Petronas Twin Towers (KLCC). 88 étages pour une hauteur totale de 452 mètres, 78 ascenseurs, 32 000 fenêtres : futuristes et impressionnantes.

L’équivalent de la tour Eiffel de Kuala, un monument à voir mais pour le prix (RM80) et la foule qu’il y a, cela reste dispensable.

DSC_0195

Moins cher que de monter en haut des Petronas, le SkyBar de KL. Comptez tout de même RM31 pour une simple Tiger (bière locale), le bar se trouve au 33e étage de l’hôtel Traders (juste en face des célèbres tours) avec une vue époustouflante sur les Twin Towers. Au milieu du niveau se trouve une piscine, pour le plus grand bonheur des clients diurnes qui peuvent en profiter pleinement.

Après vous pouvez également faire comme nous : monter au culot, prendre quelques photos, profiter de l’ambiance et redescendre sans payer le moindre verre. Après tout, c’est ça que de voyager avec un « low budget ».

 Informations (KLLC):
- Prix: 80 RM/adulte – 30 RM/enfant
- Horaire: Du mardi au dimanche
- Venir très tôt le matin pour éviter la foule 
  (nombre de visiteur limité par jour)
- Pour monter au SkyBridge, se rendre dans la salle des billets
  SkyBridge, à la base (prendre l’escalator depuis le
  centre commercial Suria KLCC)

La Tour Menara de Kuala Lumpur

caption

C’est un peu la Fernsehturm de Berlin ou la Perle de l’Orient de Shanghai.

Haute de ses 421m, lourde de plus de 100 000 tonnes. La Tour Menara a été construite en 1995 par l’architecte Kumpulan Senireka Sdn Bhd. C’est aujourd’hui le 2ème plus grand building en Malaisie après les Tours Petronas. Un restaurant panoramique tournant est situé au dernier étage de la tour.

Depuis la tour Menara, on ne voit les Tours Petronas que de côté, ce qui nous a déçu. Pour le reste la vue est quand même très correcte, mais le tarif demandé est-il vraiment honnête? C’est à vous de voir.

- Prix: 47 RM pour l’observation deck et 100 RM pour le dernier
  étage avec accès au restaurant
- Horaires: Tous les jours de 9h à 22h
- Comment s’y rendre? À deux pas de la jonction Jalan Jalan 
Punchak/P.Ramlee. On peut s’y rendre en taxi, en monorail ou métro LRT

Little India et Chinatown

44% de Malais, 43% de Chinois et 10% d’Indiens, vous vous rendrez bien vite compte que Kuala Lumpur est une ville cosmopolite et multiculturelle. Un grand brassage multiple de peuples de tous horizons !

Little India se trouve à quelques minutes seulement de KL Sentral. C’est un lieu très représentatif de la capitale : contraste entre monstrueux buildings et petits quartiers grouillant de monde.

Little India Kuala Lumpur

N’hésitez pas à visiter Little India un samedi, c’est le jour du marché. Il faut se perdre d’étales en étales pour goûter et apprécier les spécialités locales. Les gens se connaissent, se saluent et repartent sac à la main pour continuer leurs emplettes. C’est un quartier très chouette que l’on vous recommande lors de votre prochain séjour.

Attention, évitez le centre touristique de Little India. On s’attend à un morceau de l’Inde… et ce n’est malheureusement pas le cas. Il faut sortir des sentiers battus pour apprécier les lieux.

Chinatown Kuala Lumpur

Chinatown, sa Petaling Street et son (trop) célèbre Central Market : véritable marché de contrefaçon en plein air.

La seule chose sympathique est de manger dans les ruelles perdues du quartier. C’était très bon, à quelques rues du vacarme des marchands, et pas cher – notre addition n’a pas dépassé les RM8 !

Battu Caves

DSC_0005

On a du mal à croire que cet endroit impressionnant se trouve à seulement 3km du géant Kuala Lumpur. L’arrivée sur place est très impressionnante, on y découvre une statue qui semble vertigineuse ainsi que de nombreuses marches menant à une grotte sombre. Vous serez (plus ou moins gentiment) accueillis par des singes affamés.

DSC_0121Un endroit incontournable où s’allient main de l’Homme et nature. Des grottes aux formes majestueuses ont été sculptées par celle-ci. Quant à l’Homme, poussé par un élan spirituel et par la force de sa foi, il s’est approprié les lieux (à sa manière bien sûr). Comme s’il voulait reproduire sa faiblesse due à sa vie éphémère à travers son art. Malheureusement le sol des grottes a été entièrement cimenté, des installations lumineuses ont été montées et de nombreux marchands vendent toutes sortes de gadgets (sans aucun lien avec le lieu). Dommage.

Attention à ne pas avoir les jambes découvertes ou vous serez obligé de louer/acheter un foulard (RM4).

//

Nos 5 applications de voyage préférées !

Nos 5 applications de voyage préférées !

Avant de voyager, vous avez probablement le même réflexe que nous : télécharger un maximum d’application qui vous simplifiera l’aventure. Pour éviter de charger votre Smartphone d’applications inutiles, voici un petit guide de nos 5 applications préférées.

Chacune de ces application vous aidera à organiser votre voyage – selon différentes approches. Ce que nous vous conseillons : en télécharger deux, trois pour un maximum d’organisation! À vous de jouer.

TripIt

TripIt - Nos 5 applications de voyage préférées ! Application gratuite (ou payante: 0,75ct). 8,19 Mo.

TouristEye

TouristEye - Nos 5 applications de voyage préférées ! Application gratuite.4,96 Mo.

TripCase

TripCase - Nos 5 applications de voyage préférées ! Application gratuite. 3,62 Mo.

TripAdvisor

TripAdvisor - Nos 5 applications de voyage préférées ! Application gratuite. 35,35 Mo.

WorldMate

WorldMate - Nos 5 applications de voyage préférées ! Application gratuite. 20,19 Mo.

There you have it!

Maintenant plus qu’à boucler votre valise et vous voilà parti.

Bien boucler sa valise – Nos 11 conseils

Retour au menu ✈

L’été est là, les billets pour votre prochain voyage sont réservés et la valise est descendue du grenier. Il faut rassembler les 1001 choses que vous avez amassé sur votre lit et il ne manquera plus qu’à boucler votre valise.

Bien boucler sa valise - Nos 11 conseils Voici nos 11 conseils à suivre pour vous aider à boucler votre valise en toute sécurité, pour y emballer les objets les plus fragiles, y ranger les objets les plus encombrants facilement et en toute sécurité.

Conseil nr. 1: Tout rouler

Bien boucler sa valise - Nos 11 conseils - Rouler affaires vêtement valise Plier et rouler chacun de vos vêtement prend nettement moins de place et évite les froissements !

Conseil nr. 2: Coincer les objets fragiles tels que les bouteilles en verre dans des chaussures

Conseil nr. 2: Coincer les objets fragiles tels que les bouteilles en verre dans des chaussures Cela vous permettra de préserver vos souvenir/cadeaux et d’y gagner en place !

Conseil nr. 3: Glisser vos bijoux dans des pailles

Bien boucler sa valise - Nos 11 conseils  Glisser vos bijoux dans des pailles La meilleure astuce pour éviter de passer des heures à dénouer vos colliers.

Conseil nr. 4: Mettez vos chaussures sales dans des bonnets de douche 

Mettez vos chaussures sales dans des bonnets de douche Pratique pour protéger vos vêtements propres des tâches !

 Conseil nr. 5: Des lingettes sèches pour une odeur fraîche constante

Des lingettes sèches pour une odeur fraîche constanteAu cours de longs voyages, les vêtements sentent rapidement le renfermé. Par conséquent, nous vous recommandons des lingettes à insérer entre les vêtements afin de faire profiter vos vêtements d’une odeur fraîche. Prix très abordable.

Conseil nr. 6:  Versez vos produits de beauté dans des petits récipients

Versez vos produits de beauté dans des petits récipientsMake-up, crèmes ou baumes à lèvres il suffit d’appuyer sur le tube pour verser une petite quantité du liquide dans le récipient. Gain de place encore une fois !

Conseil nr. 7: Cachez votre liquide dans des rouges à lèvre vide

Cachez votre liquide dans des rouges à lèvre vide Voilà la cachette parfaite pour rouler votre argent et même parfois vos petits objets de valeur!

Conseil nr. 8: Un bouton pour vos boucles d’oreille

Un bouton pour vos boucles d'oreille Ça nous rend parfois folles ! Trouver deux boucles identiques lors d’un voyage n’est pas toujours évident. Avec cette astuce, vous y mettrez fin 😉 

Conseil nr. 9: Stocker vos chaussettes et vos ceintures dans vos chaussures

Stocker vos chaussettes et vos ceintures dans vos chaussuresÀ défaut de la bouteille de vin, placez vos chaussettes/ceintures dans vos chaussures pour économiser un maximum de place.

Conseil nr. 10: Remplacez vos livres par un E-Book

Remplacez vos livres par un E-BookS’offrir un E-Book économisera indéniablement de la place et du poids dans votre valise. Des E-Books à prix très bas se trouvent facilement sur eBay.

Conseil nr. 11: Serviettes en microfibre – légeres et séchage rapide

Serviettes en microfibre - légeres et séchage rapideIdéal pour les voyages – léger, très peu encombrant et avec l’option” séchage rapide”!
Que demander de plus?

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonnée

Retour au menu ✈

Berlin est connu pour ses lieux désertés, pour ses lieux abandonnés. Il est de plus en plus difficile d’y accéder, parfois même impossible. Ce qu’on aime dans ses lieux abandonnés c’est d’y jouer les aventuriers, d’y découvrir seul le site, d’essayer d’y retracer son histoire. D’y faire des photos, des clichés ou encore de s’y approprier les lieux pendant quelques heures.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine Du haut de ses 120 mètres, la Abhörstation Teufelsberg, fait parti de la longue liste des lieux abandonnés de la capitale. Malheureusement il est désormais impossible de s’y balader illégalement, le site est aujourd’hui privé : le site est « double-cloturé », des patrouilles rodent autour et des caméras ont même été installées. Surnommée la « Montagne du Diable » on ne préfère souvent pas s’y aventurer. C’est dommage, ça faisait aussi le charme de ce lieu magique. Nous y étions allée une première fois, équipées comme des chefs pour ce qu’on croyait une aventure. C’est une fois les 20 minutes de marche derrière nous et après avoir fait le tour des grillages et des barbelés que nous nous apercevons que l’entrée coûte 15€ en tarif normal et 8€ pour les étudiants. Oui oui, un site abandonné payant. Et puis, pas donné.

Inconcevable pour nous de payer cette somme. Nous rebroussons chemin, déçues.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  Il nous a fallut quelques semaines et quelques rayons de soleil pour nous en persuader : nous passions à côté de quelque chose. On attrape nos cartes étudiantes et l’appareil photo et nous revoilà à la gare de Grunewald. Comme pour la première fois, nous marchons, nous longeons le Teufelssee avant de grimper le Teufelsberg. Colline artificielle, elle fut érigée par les Alliés après la Seconde Guerre mondiale, avec les gravats provenant de la destruction de Berlin par les bombardements. Érigée par les femmes d’ailleurs, étant donné que les hommes étaient encore au front. Le Teufelsberg ensevelit une université nazie jamais terminée, bâtiment de la faculté des techniques de la défense, voulue en 1937 par Adolf Hitler et conçue par Albert Speer. Compte tenu de sa résistance aux explosifs, il fut décidé de la recouvrir. On estime le volume des gravats utilisés à 12 000 000 m³, soit environ 400 000 bâtiments/habitations. Voilà une belle illustration de l’expression « enterrer le passé ».

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  On est arrivées, la politique du site n’a malheureusement pas changé. C’est avec un certain scepticisme que nous tendons l’argent pour la visite. En réponse on nous fait un tampon sur le poignet : signe que nous appartiendrons à un groupe. Les visites se font toutes les heures, on voyait au cours des minutes le groupe grossir et s’entasser derrière la petite table servant de caisse. Mais dans quoi nous étions nous embarquées ?

14 heures. Le guide commence son speech, la visite se fait uniquement en allemand et dure un peu près 2 heures. Il parle, il parle et parle toujours. On fait mine de prendre une photo, le groupe continu devant. On en profite pour s’éclipser. Ah c’est tout de même mieux comme ça. La visite peut commencée.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  Étonnant. Ébaubissant. Surprenant. Époilant. Bien d’autres adverbes encore pourraient définir l’avancé dans ce qui a été l’un des premiers postes d’interception des ondes satellites et des communications en provenance de Berlin-Est. Squatté et resquatté, voilà un site qui ferait le bonheur des photographes. Comme tout lieu abandonné et surtout à Berlin, il est devenu un centre d’art à ciel presque ouvert. Chaque mur est recouvert d’une fresque, d’un graph, d’une trace laissée par un artiste de passage.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  On avance doucement, on a peur de faire la mauvaise rencontre d’un vigile. Personne en vue, on bombarde de photo. On rentre dans d’immenses salles vides, nues de mobiliers, et on ressort par des couloirs sombres peu rassurants. On fait la rencontre étonnante d’un sanglier errant. Il a l’air d’avoir l’habitude de rencontrer des visiteurs sur son chemin. Rien de grave mais quelques frissons quand même.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  On perd rapidement l’orientation. On voyage de bâtiments en bâtiments sans connaître l’utilité de chacun. On pourrait tout imaginer. On rentre par des fenêtres aux vitres brisées, on ressort par la terrasse du bâtiment au passé effacé. Inhabituel. Presque aucun mobilier, seules quelques chaises, sinon des lattes de parquais et des matériaux de construction ayant perdu leur utilisé côtoient le sol des ces salles étonnamment vides.

On se dirige doucement vers les antennes qui dessinent de loin l’Abhörstation. Ce sont ces antennes, avec l’aide de la montagne artificielle, qui ont permis l’élaboration d’une des plus grandes stations d’écoute. Construite par la NSA américaine, ces antennes permettaient la mise sous surveillance des communications du bloc de l’Est et plus particulièrement de la RDA et de l’URSS.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  On prend peur plusieurs fois, on entend des voix, de la musique même. On continu notre chemins en frôlant les murs, telles des prisonnières qui venaient tout juste de s’évader. On monte, on monte et on se retrouve nez-à-nez avec notre groupe. Le guide ne s’aperçoit pas de notre retour, tant mieux. Il est en train de montrer des photos du site pendant son fonctionnement. Il a du mal à garder les curieux en place : la vue est tellement belle.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  Nous ne sommes pas toutes seules : des jeunes talents s’exercent dans l’art du graffitis avec la sono à fond et des braises bien chaudes pour le barbecue. Ils ont intérêt à être inspiré, on les jalouse.

Le guide continu de parler, il explique que l’hiver Teufelsberg se transforme en station de ski. On en profite pour s’évader un cours instant, de profiter de cette vue magistrale seules, d’y faire de belles photos.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  On grimpe, on grimpe. Chaque étage est comme un entrepôt ouvert, parsemé de murs avec graffitis. À chaque étage on s’imagine que c’est la fin, mais un nouvel escalier reprend le devant. Des ascenseurs étaient installés auparavant, ils ne sont bien évidemment plus en fonction, mais c’est drôle de voir cette rampe vide. Les bâches couvrant l’extérieur des coupoles blanches ont étaient déchirées par la force du vent ou par des squatteurs voulant profiter de l’incroyable vue. On atteint enfin le sommet. Epoustouflant. La vue est à couper le souffle.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonnéOn dirait 3 impressionnantes balles de golfe posées, simplement. On peut pénétrer à l’intérieur et imaginer les puissants radars d’écoute, les fameuses « grandes oreilles » du réseau Echelon placées là, cachées derrière ces bulles de toile et d’acier. Toutes les gammes de fréquences étaient écoutées. Les techniciens d’écoute travaillaient dans des bureaux sans fenêtres, en haut de ces « tours-antennes », dotés 24 heures sur 24 de lumière artificielle et d’air conditionné. Quel cadre idyllique pour travailler !

On en profite pour faire des photos, on a de la chance il fait beau, la lumière est belle. On entend en bas le groupe commencer à monter. On se précipite dans la coupole pour en profiter pleinement. Le guide n’a pas l’air de s’inquiéter de notre absence. Incroyable. C’est ici, dans ces étranges coupoles banches, que tout professeur de chant devrait s’appliquer à faire chanter leurs élèves. Quelle acoustique ! On se permet une petite chanson en canon pour s’emparer à 200% du lieu.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  On prend notre temps, on rencontre d’autres français dans le groupe. Ils ne parlent pas un mot d’allemand et n’ont rien compris de la visite guidée. Ils nous expliquent que le guide leur a montré des photographies du site pendant plus de 30 minutes. Ils ont l’air déçus. Ouf, nous avons évité de peu cela.

On redescend, cette fois accompagnés du guide étant donné que nous avons fait le tour du site. Il veut encore nous montrer l’ancienne machine qui décryptait les ondes. Il nous explique que les informations recueillies, incompréhensibles pour les techniciens, étaient rassemblées en rapport d’écoute sur papier grâce à ces machines impressionnantes et qu’elles faisaient l’objet d’une première analyse. Celles qui semblaient importantes partaient vers les États-Unis ou l’Angleterre, les autres étaient brûlées sur place avec une autre machine. D’ailleurs, le four alimenté par ces énormes quantités de papier permettait de chauffer toute une partie du bâtiment.

Abhörstation Teufelsberg, station d’espionnage américaine abandonné berlin Allemagne  L’avenir de Teufelsberg est aujourd’hui incertain. Un groupe d’investisseurs avait acheté la colline à la ville pour y bâtir des hôtels et des immeubles luxueux ; il prévoyait de garder la station de la NSA pour en faire un musée de l’espionnage. Le projet Teufelsberg n’a pas abouti et le site est depuis à l’abandon. Avis aux acheteurs !


INFORMATIONS PRATIQUES

   Site surveillé jour et nuit (caméras et patrouilles)
   Prévoir de bonne chaussure pour éviter de se blesser
     Pour s’y rendre : S-bahn Heerstrasse ou Grunewald
     Site internet de Teufelsberg

Retour au menu ✈

Neuschwanstein, la folie des grandeurs

Retour au menu ✈

Nous l’avions vu décomposé en puzzle, imprimé sur des posters, des cartes postales, sur des mugs, en porte-clés, en tapis de souris, en boules de neige, en sets de table. Nous l’avions vu partout, mais jamais en vrai. Nous avons profité d’un long week-end pour prendre la route vers Füssen, dans l’Allgäu, là où se dresse sur un éperon rocheux le château de Neuschwanstein.

Füssen, dans l’Allgäu

Construit par Louis II de Bavière au XIXème siècle, c’est aujourd’hui le château le plus célèbre d’Allemagne avec chaque année plus d’un million de touristes. Autant vous dire que nous n’étions pas les seules.
Quand un tel site accueil autant de visiteurs, côté pratique tout est prévu. Nous stationnons notre voiture sur l’un des immenses parking (payants bien entendus !) au pied du château. Il est également possible de s’y rendre en train jusqu’à la gare de Füssen ou en bus depuis Munich par exemple.
Il est 9h30, nous sommes parties de bonne heure pour profiter du site sans trop de monde.

On sort déjà l’appareil photo, le lieu est vraiment fascinant. Mais il ne faut pas trop traîner, il faut encore acheter les billets au guichet. Des écrans indiquent l’heure des prochaines visites guidées en allemand et en anglais. Les autres langues devront se contenter d’un audio guide.

Pour les plus organisés et pour éviter la longue file d’attente, il vaut mieux faire la réservation via internet.
Pour Neuschwanstein c’est visite guidée obligatoire, rendez-vous en haut à 11h30.

Neuschwanstein, la folie des grandeurs - Füssen, dans l’Allgäu AllemagneÀ quelques minutes à pied se trouve le château d’Hohenschwangau, construit à la demande du père de Louis II, Maximilien II. On a le temps d’y passer, ça tombe bien. Mélange d’une forteresse médiévale, d’un manoir de style Tudor ou encore d’un palais gothique, on ne sait plus très bien où nous sommes. La décoration est souvent outrancière – répétition obsédante du motif du cygne -, mais on admire le très beau mobilier Biedermeier.

Sur la montagne d’en face se trouve Neuschwanstein. C’est parti, on attaque la grimpette vers le sommet. C’est du sport, 30 minutes de marche !
Pour les flemmards ou ceux qui veulent profiter de l’occasion, il y a possibilité de prendre une calèche ou un bus et vous vous ferez déposer comme une fleur. Il faudra bien sûr rajouter un petit suppléant pour ce service.

Arrivées en haut, nous avons encore une vingtaine de minutes devant nous. On admire l’imbrication intime du château. On imagine le destin tragique de Louis II de Bavière, son monde de légende et de merveilleux. Ce n’est pas pour rien que ce château a inspiré le château de la Belle au Bois Dormant de Walt Disney ! Après avoir perdu la souveraineté dans son propre royaume Louis II créa son propre monde, fait de légendes et de contes. Un empereur fou qui fit dynamiter la montagne afin d’abaisser de 8 mètres le socle de deux anciens châteaux : Vorderhohenschwangau et Hinterhohenschwangau.

Neuschwanstein, la folie des grandeurs - Füssen, dans l’Allgäu AllemagneLouis II et son architecte ont pensé Neuschwanstein comme un mélange de style néo-gothique et du style médiéval des chevaliers allemands, ce qui donne une allure originale et inimitable au château.

Il faut être conscient de la folie du personnage avant la visite du château. C’est finalement ce qu’il y a de plus amusant. La visite en elle-même n’a rien de spectaculaire, le château est bien plus joli de l’extérieur! Toute la fantaisie du roi se retrouve également dans la construction d’une grotte artificielle à l’intérieur même du château. Il n’y a qu’à pousser les battants de deux portes pour entrer sans transition dans cette pièce aux allures surréalistes.

On passe très rapidement la chambre de Louis II (dans laquelle il n’aura dormi que 170 nuits), la salle du trône (sans trône) ou encore la salle des chanteurs… le tout mené à un train d’enfer par la personne chargée d’accompagner le groupe de 60 personnes. 30 minutes plus tard nous sommes dehors, le timing c’est le timing !

Neuschwanstein, la folie des grandeurs - Füssen, dans l’Allgäu Allemagne

On se dirige alors vers le pont Marie qui permet à la nuée de touristes de voir le château sous toute sa splendeur. Et ça vaut vraiment le coup ! Les planches de bois disjointes frémissent sous le poids de la bonne centaine de personnes au-dessus. Vaut mieux ne pas avoir le vertige : précipice à droite, chute d’eau à gauche et face à vous une magnifique vue.
Il faut jouer des coudes et se faufiler avec l’appareil photo pour arriver à prendre son cliché du Neuschwanstein.
Pour notre part, c’est dans la boîte, on peut redescendre !
La descente est plus facile que la montée! Il est 14 heures, le monsieur en caisse a au moins quadruplé. Il faut venir tôt, nous avions eu raison !


 Informations utiles:
–       Accès à la webcam du château pour y voir la météo
–       Vêtements chaud et bonnes chaussures sont de rigueur en hiver
–       Horaires d’ouverture:
28 mars à 15 octobre: de 9 à 18 heures
16 octobre à 27 mars: de 10 à 16 heures
–       Visite guide en allemand ou anglais uniquement – Audio guide en français

Retour au menu ✈

Berlin-Tempelhof : Farniente dans un aéroport abandonné

Retour au menu ✈

Il y a quelques années, vous pouviez y voir des avions prendre leurs envols, des voiturettes faisant des allers retours entre la piste d’atterrissage et le service bagage pour le bien des voyageurs. Des avions y décollaient et atterrissaient jusqu’à toutes les 90 secondes.
Malheureusement ou heureusement, depuis 2010, l’aéroport international de Berlin-Tempelhof a été réaménagé en un immense parc.

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - Réaménager

C’est donc aujourd’hui sur un terrain de forme ovale composé de deux pistes d’atterrissage que les berlinois ont l’habitude de venir prendre l’air le samedi après-midi sous le regard désabusé de l’ancienne tour de contrôle.

Petit clin d’œil à l’emblème allemand, le complexe de bâtiments aux abords du parc était censé représenter un aigle en vol: les hangars en demi-cercle de près de 1300m de long forment les ailes déployés du rapace.

Ça faisait quelques semaines qu’on nous parlait de cet aéroport fantôme, qu’on entendait se préparer dans les supermarchés des barbecues à Tempelhof. Il était temps pour nous de découvrir ce lieu incongru, très convivial paraît-il.

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - RéaménagerC’est vrai qu’en Allemagne il n’est pas étonnant de trouver des parcs basés sur la réappropriation des lieux. Berlin-Tempelhof est un parc créé par la volonté politique de revalorisation d’anciens sites industriels. Un excellent exemple en tant qu’architecture du paysage. Très pertinent selon nous.

Nous nous arrêtons à la station de Ubahn « Paradestraße» (U6). Nous marchons, marchons encore. Il faut savoir que 3 entrées seulement sont disponibles : Columbiadamm, Tempelhofer Damm et Oderstraße… soyez un peu patients avant d’atteindre le centre du parc!

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - RéaménagerBerlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - Réaménager

On tombe nez-à-nez avec le bâtiment de l’aéroport : impressionnant ! « Il en a de la gueule ! » Construit par Speer, c’est aujourd’hui le 3ème plus grand bâtiment du monde en surface. Un symbole du nazisme.

Dans le parc l’herbe est brulée, surement par les dizaines d’années de kérosène, le vent souffle à s’en déboiter. Nous voilà en plein cœur de la capitale allemande, dans un lieu à la fois grouillant et dénue de monde. Surprenant!

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - RéaménagerCet aéroport défunt a été très vite adopté par les berlinois. On s’amuse à faire voler des cerfs-volants et a y faire décoller des avions téléguidés. C’est avec un peu de nostalgie que les visiteurs essayent de reconstituer le glorieux passé de ce géant de l’aviation.

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - Réaménager Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - Réaménager

Cyclistes, rollers, skateboards, coureurs ou Segway : c’est aujourd’hui eux qui animent le parc. Un véritable espace de liberté que les berlinois se sont appropriés. Voilà un magnifique projet dans lequel triste passé et habitants apaisés vivent en harmonie

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - RéaménagerDes jardins potagers communautaires de l’association Allmende Kontor longent les anciennes pistes et permettent aux berlinois de faire pousser salade et betteraves là où, quelques années avant, se posaient les trains d’atterrissage. Trois zones sont réservées pour les barbecues et un Biergarten, le Luftgarten, est ouvert tout l’été dès 11h, et le week-end toute l’année.

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - RéaménagerGraz, Mannheim et Bruxelles étaient les 3 dernières destinations affichées. C’est une page de l’histoire de l’Allemagne qui s’est tournée. Un symbole du nazisme et du communisme, un emblème du début de la guerre froide et du pont aérien qui s’est éteint.

À dieu code AITA : TH.
À dieu code OACI : EDDI.
À dieu aéroport international de Berlin-Tempelhof.

Berlin-Tempelhof : aéroport abandonné - Parc Allemagne - RéaménagerRetour au menu ✈

Les avantages jeunes

Retour au menu ✈

Version allemande - auf deutsch

Quels sont les bons plans jeunes à l’international ? Est-ce-ce que le statut d’étudiant vous permet d’avoir promotion ou tarifs préférentiels ? En dehors de la carte 12-27 de la SNCF est-il bon d’être jeune ?

J’ai testé pour vous et voici le résultat

1 – La carte ISIC

 La carte ISICPour des petites et plus grosses économies, quand on est étudiant il y a un tas d’opportunités pour réduire les frais de voyage.

Voyage Campus en est la preuve : j’y ai trouvé des billets d’avion à pris (très) raisonnables. Cependant faites attention, selon les destinations les prix sont plus ou moins intéressants.

Ultra-simple, il vous suffit de présenter votre carte ISIC lors de l’embarquement … et si vous avez moins de 26 mais n’êtes pas étudiants, profitez de la carte jeune internationale de voyage (IYTC)

 

2- Carte de paiement

Carte M6 Mozaïc - Carte de paiement à l'étranger Vous avez déjà connu : arriver sur place payer 15€ de commission pour retirer ou pire encore, se faire refuser un retrait parce que vous êtes en dehors de l’hexagone? Renseignez-vous bien sur le pourquoi du comment de la carte afin de ne pas être embêté durant votre séjour !

Quelle carte faut-il prendre : la carte M6 Mozaïc * !

C’est une carte Mastercard avec laquelle vous pourrez retirer et payer partout dans le monde. Le principal avantage par rapport à ses concurrents et qu’elle est (presque) gratuite.

 C’est pas ce qu’on recherche à travers ce blog : E-C-O-N-O-M-I-E-S !

Vous avez notamment un service de qualité. En voici la preuve : nous étant fait voler notre portefeuille à New York dans un petit fast-food de Brooklyn vers 22 heures, donc 4 heures du matin heure locale nous avons pu faire opposition dans l’heure qui suivait avec traducteur en prime. Ce n’est pas beau ça ?

Cette carte est complète, facile d’accès mais surtout très pratique!

+1 pour le Credit Agricole!

*pour les 12-25 ans

3 – Assurances à l’étranger

Assurances à l’étrangerN’importe quel féru de voyage vous conseillera APRIL international si vous êtes étudiant et que vous souhaitez voyager !

Je vous déconseille de vous tourner vers tous autres assureurs, ici les démarches sont très simples, ne demandent qu’un envoie par la poste d’un papier à imprimer et à signer.

Soyez tout de même vigilent, un malheur est vite arrivé !

Retour au menu ✈