Surfer sur les vagues de Sidi Kaouki

Retour au menu ✈

Beaucoup aiment se rendre à Agadir pour surfer sur les vagues de l’Atlantique. Nous avons préféré les plages calmes de Sidi Kaouki.

Vous n’aurez pas de mal à trouver des points de renseignement à Essaouira. Les prix varient selon les magasins. Vous aurez la possibilité de choisir votre groupe (les prix diminuent plus le groupe est grand bien entendu) et le nombre de jour de surf. Nous avions pris la formule « 1 jour » en négociant le prix (n’hésitez pas à marchander ici aussi !).

Sidi Kaouki 20 minutes seulement séparent Essaouira du village des surfeurs. On y arrive pas une route très étroite. On s’en rend très vite compte lorsqu’un autre véhicule arrive en sens inverse: pas d’autre choix que de se ranger. Le transport est compris dans le prix (et le repas du midi aussi). Notre groupe était composé de 6 personnes – cela évite les dangers et les collisions. On nous fournit des combinaisons, parce que la planche ça râpe. Et ça peut être très désagréable.

Il n’y a pas grand monde sur les plages. Les vagues sont belles, on ne regrette pas Agadir.

Surfer sur les vagues de Sidi KaoukiDans un premier temps une personne certifiée vous explique les étapes. On place la planche sur le sable et on imite « Ben », le professeur. On réitère une ou deux fois le processus et c’est parti. On se jette à l’eau.

Surfer sur les vagues de Sidi KaoukiLe début n’a pas été aussi simple qu’on ne pensait. Mais à force de chopper les vagues, on commence à avoir le « truc ». L’évolution est nette. On rigole bien le groupe est très sympathique. On passe la pause déjeuner ensemble, mine de rien c’est fatiguant le surf !

On remonte sur les planches en début d’après-midi. On glisse, c’est fun. Ça a vraiment du bon d’être en vacances ! Sur le chemin du retour on est un peu tous à bout de souffle. La nuit va être agréable.


Nos bons plans :

  • N’oubliez pas d’emmener avec vous de la crème solaire si vous ne voulez pas prendre d’énormes coups de soleil au visage.
  • Vêtements de rechange à prévoir également – la combinaison qui colle n’est pas agréable.
  • Pour les filles (ou du moins, les personnes aux cheveux longs), n’oubliez pas un élastique (voire deux) pour attacher vos cheveux. Rien de plus désagréable que de replacer toutes les 5 secondes sa crinière.

Retour au menu ✈

Agadir… rien à redire?

Retour au menu ✈

Après notre petit séjour à Essaouira et avant le grand départ pour Marrakech, nous voilà à Agadir. En bus la route n’a pas paru longue, les paysages sont époustouflants.

Agadir... rien à redire?  - MarocVéritable station balnéaire, c’est le royaume des véliplanchistes, des kitesurfers, mais aussi des curieux, comme nous, le temps d’une nuit. Les touristes y viennent pour un bain de soleil, rarement pour visiter pour la simple et bonne raison qu’il n’y a pas grande chose à voir. Esthétiquement parlant, Agadir ce n’est pas beau, c’est même plutôt « moche ». En 1960 la ville a été entièrement détruite par un tremblement de terre, hélas tout a été reconstruit dans le style « utilitaire » des banlieues des années 1960.

En revanche Agadir, c’est 340 jours de soleil par an et une proximité avec l’océan Atlantique qui garantit fraîcheur en été et douceur en hiver. À cela s’ajoute une magnifique baie et de beaux hôtels tout conforts: tout est fait pour les touristes.

 La vieille Kasbah  La vieille Kasbah  - Agadir - MarocHeureusement le tremblement de terre a laissé derrière lui quelques sites à découvrir. Nous avons commencé par la vieille Kasbah qui surplombe la ville. Pas très commode de grimper là haut à moins d’être véhiculé. Sinon il faudra payer le taxi. Par chance, nous avions des amis sur place. Et tant mieux !

 La vieille Kasbah  - Agadir - MarocLe site en lui même n’a pas (non plus) grand intérêt. Ce qui est beau c’est la vue. Très beau panorama sur la baie d’Agadir. On aperçoit l’Atlas en arrière plan. Très belle lumière et superbe couchée de soleil. On sort l’appareil photo, il faut immortaliser ce moment.

 Manger des poissons frais (sans modération)

Marché aux poissons - Agadir On n’a pas aimé Agadir, c’est un fait. En revanche on a adoré ses marchés de poisson frais. Encore une fois, il faut connaître l’adresse pour ne pas tomber dans les “attrapes touristes”. En début de soirée nous choisissons nos poissons et fruits de mer. Ceux-ci sont préparés sur place (et devant vous si vous le souhaitez).

Marché aux poissons - Agadir Le temps de repasser à l’hôtel pour nous changer et nous voilà avec de belles assiettes de poissons frais – pêchés peu de temps avant. Ici c’est à la bonne franquette – les mets sont dégustés à la main, pas besoin de sortir l’artillerie de couvert, ça fera moins de vaisselle.

Le Souk Al Had, le grand souk

Soukk - Agadir -  Le Souk Al Had, le grand soukC’est le plus grand d’Afrique, une vraie caverne d’Ali Baba. Avec ses 3000 commerces nous sommes sûres de trouver ce dont nous avons besoin. On retrouve sensiblement les différents corps de métiers – des légumes aux fruits, viandes-poissons, vêtements et cuirs et tout cela dans une ambiance sympathique – les petits commerçants ne sont pas agressifs, cela change d’autre ville (notamment à Marrakech). On y voit également des femmes concassant les fèves d’arganier, intéressant si vous souhaitez ramener de l’huile d’argan – attention cependant à ne pas acheter de la mauvaise qualité.

Nous étions à la recherche de sacs de voyage en peau de dromadaire – il suffit de tomber sur un bon commerçant et de ne pas hésiter à marchander (diviser le prix par deux). Petit hic : les prix restent relativement élevés.

Nous avions passé une nuit sur place et cela a largement suffit pour parcouru à vive allure les quelques sites que nous trouvions intéressant. C’est un peu déçu que nous prenions la route vers Marrakech. On espère y retrouver le Maroc que nous aimons tant !


Retour au menu ✈

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du Sahara

Retour au menu ✈

Nous rêvions d’arpenter les dunes du Sahara à dos de dromadaires, de nous réveiller sous les tentes berbères nomades loin de Marrakech ou même de Ouarzazate. Nous rêvions de dormir sous les étoiles du Sahara. C’est maintenant chose faite.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaDépart très tôt le matin de Marrakech pour les environs de Zagora. Le soleil, lui, n’est pas encore levé. On prend doucement la route vers Ouarzazate puis, plus loin encore direction le Sahara. Le trajet est long, un peu trop long même à notre gout. Et surtout, très fatiguant.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaLe minibus roule à pleine allure, il n’a pas l’air d’avoir peur de ces routes abracadabrantesques, parfois même dangereuses. Peut-être a-t-il l’habitude ? Sur la route on s’arrêtera plusieurs fois, histoire de prendre un bon bol d’air frais, de prendre quelques photos du paysage ou mieux encore: pour visiter l’un des ksar les mieux préservés de tout le Sud marocain : le Ksar Aït Benhaddou.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaLes jambes un peu engourdies, on descend du minibus. Il fait une chaleur ! Ça se ressent, nous ne sommes pas loin du désert ! À 30 kilomètres à peine de Ouarzazate se dresse le village d’Aït-Benhaddou et ses impressionnantes strates rocheuses. Un dédale de ruelles et de passages ouverts se creuse entre les fragiles maisons de terre. Le lieu a, entre autre, servi au tournage de plusieurs films comme Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre, Lawrence d’Arabie, Gladiateur ou encore la série Game of Thrones.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaIl y a quelques années encore, les lieux étaient habités par des locaux. Classé au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987, les villageois se sont aujourd’hui retroussés dans un « nouveau village », juste en face de la vieille ville. Seul les touristes arpentent les ruelles, les quelques boutiques vantant les prouesses cinématographiques du Ksar sont les uniques rescapées.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaIl fait chaud, le soleil tape mais on grimpe, on grimpe. L’endroit est magique. Les maisons de terre dressées depuis de longues années sous un soleil plombant nous fascinent. Dommage que l’endroit soit si touristique ! On se balade de maison en maison. On y est resté un bon moment, à prendre des photos et à se balader sur les terrasses branlantes. On atteint le sommet, quelle vue ! On ressort l’appareil photo, et on s’acharne sur le déclencheur.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaHélas, il faut arriver avant la tombé de la nuit sur le camps – on serait bien resté. Pas de temps à perdre, après avoir mangé une tajine (encore une, oui) on reprend le minibus et nous voilà en route pour le désert.

Comme prévu, le minibus ne nous amènera pas jusqu’au camps. Il faut encore prendre les dromadaires (ou un 4×4 pour les plus fragiles). Les bêtes sont prêtes, le sac-à-dos pèse sur le dos après ces longues heures de route mais on a de la chance : le couché de soleil est superbe.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaC’est après 2 heures de balade et de secousse que nous atteignons notre camp. Fatiguées, éreintées on nous offre à manger : couscous végétarien et thé à la menthe (bien sûr !). La nuit est tombée depuis une bonne heure maintenant. Demain il faut se lever aux aurores pour voir le soleil se lever. On ne tarde pas trop, on s’endormira, bercées par la musique berbère de la tente voisine.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaLa nuit a été courte et pas très confortable dans ces vieux bivouacs. Mais quelle expérience. Quelques bêtes nous ont rejoint pendant notre sommeil, heureusement pas de grosse frayeur : on ne s’en aperçoit qu’une fois réveillées.Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaLe soleil se lève, c’est à la fois surprenant et agréable. Assises en haut d’une dune, un thé à la menthe à la main, on assiste au spectacle. On prend des photos, on profite ! Jusqu’en début d’après-midi on montera et descendra les dunes à dos de dromadaire – les mêmes bêtes que la veille. C’est une matinée amusante mais suffisante à notre goût. Le paysage est fascinant mais on se lasse vite du spectacle.

Ksar Aït Benhaddou et les douceurs du SaharaDans l’après-midi on retournera sur Marrakech, et cette fois sans véritable halte. Le trajet est long mais la route est magnifique (quelque fois effrayante !). On coupera par l’Atlas sans trop nous arrêter, malheureusement! Prochaine étape: Fès.

-371


Nos bons plans :
–       N’oubliez pas de vous couvrir la tête si vous faites de longues balades en dromadaire – les chèches touaregs sont (quasi) indispensables. Mais ne vous faites pas avoir, achetez-les avant d’arriver sur place – histoire de les payer 4, 5 fois moins cher. Sinon, une casquette, un chapeau ou autre fait très bien l’affaire.
–       Faites très attention aux tours (trop) touristiques que l’on vous propose ! Les prix sont souvent très élevés et le spectacle décevant.
–       Si vous avez du temps, faites la route en plusieurs jours. Les routes sont magnifiques et les villages typiques – le trajet est très fatigant!
–       N’oubliez pas de prendre les essentiels avec vous – papier toilette, bouteille d’eau, etc. Sur place vous n’aurez rien sauf du sable doux sous les pieds et des couvertures pour dormir.
–       Prenez de quoi vous couvrir pour la nuit, la température peut descendre très bas !

Retour au menu ✈

Bienvenue à Marrakech !

Retour au menu ✈

On entend souvent dire que les plus vieux adorateurs jurent ne plus reconnaître aujourd’hui leur « Perle du Sud », leur « ville ocre ». Passage obligatoire lors d’un séjour au Maroc, nous n’avions pas hésité une seconde à séjourner dans cette belle cité qui garde encore les souvenirs d’un passé rayonnant du Maroc. Nous jugerons par nous même si Marrakech, dressée au pied de l’Atlas, vaut le détour.

Bienvenue à Marrakech !On y arrive en bus, en provenance d’Essaouira. Malgré les routes abracadabrantesques et parfois dangereuses, les services que proposent la CTM sont de très bonne qualité (à un prix plus que raisonnable!).

Entre les épuisants souks et la vivante place Djema El Fna

Un vieux guide arraché à un bouquiniste, quelques idées griffonnées sur un vilain bout de papier et nous voilà sac sur le dos, prêtes à nous perdre dans ce gigantesque labyrinthe, aussi appelé « Souk ».

Marrakech Souk Road Trip Voyage Après avoir déambulé dans la belle et calme Essaouira et fréquenté les douceurs du Sahara, Marrakech est tout de suite sorti du lot. Un flot continu de voyageurs, des ruelles à bout de souffle, des vendeurs trop malins: à croire que la ville s’est laisser défigurer par le tourisme. Et pourtant il suffit d’ouvrir grand les yeux pour se laisser porter par les couleurs, par les odeurs et le charme du souk.

Maroc - Marrakech - Souk Au début, émerveillées par la folie des lieux, par le nombre de marchand et l’éventail de produit nous avancions d’un pas décidé sans même savoir où nous allions. Mais nous fatiguons vite. Ce brouhaha devient très vite fatiguant et irritant. Les prix annoncés par les vendeurs sont déjantés. Préparez-vous à marchander sans vergogne !

Maroc - Marrakech - Souk Maroc - Souk - Marrakech - Roadtrip

Après quelques heures de marche, un peu agacées par les (trop) nombreux commentaires des marchands, nous décidions finalement de grimper sur une des terrasses du souk pour un peu de calme Ahh….thé à la menthe et tajine (prix très raisonnable) avec vue sur le souk : voilà ce dont nous avions besoin ! On reste un peu perchées (et perdues) au-dessus du tumultueux bazar, on tourne notre plan dans tous les sens, dans l’espoir de retrouver notre chemin. Nous abandonnons vite, le destin nous réserve peut-être quelques bonnes surprises !

Bienvenue à Marrakech ! Maroc - Road Trip Après avoir vagabonder dans ce labyrinthe infernal et avoir trouvé une des portes de sortie, nous rejoignons (avec les quelques forces qui nous restaient) la célèbre place Djema El Fna.

Maroc Place Djema El Fna Marrakech Ici, charmeurs de serpent, compteur, fakirs, acrobates, mazighens et même boxeurs s’expriment devant une foule curieuse et amusée. Nous avons pris un jus frais et dîné au cœur de la place, côtoyant locaux et autre curieux de passage. Les jambes sont fatiguées mais l’ambiance nous enchante. Il faut encore rejoindre l’hôtel où nous séjournons (et ça sera à pied !).

Koutoubia, Médersa Ben Youssef et les jardins de Majorelle

C’est un peu les jambes lourdes que nous nous réveillons. Les oranges fraîches pressées du matin nous font oublier ces tracas matinaux. Il fait une chaleur étouffante mais la bonne humeur est présente aujourd’hui !

Direction le célèbre Koutoubia pour bien commencer la matinée. Avec les 77 mètres de son minaret, c’est l’édifice religieux le plus important de Marrakech qui sert de repère et d’orientation dans la ville. À son pied, des enfants y jouent, d’autres lisent le journal… c’est vrai que c’est calme !

Koutoubia - Maroc - Marrakech On rejoint avec tant bien que mal la Médersa Ben Youssef en repassant par la place Djema El Fna. On se perd, on se repère mais on se reperd. Pas facile, même pour ceux qui ont le sens de l’orientation, de se retrouver ici. Finalement, après avoir demander plusieurs fois notre chemin, on arrive devant l’édifice. Les portes n’ouvrent que dans 25 minutes, on décide alors de se promener dans les alentours.

Maroc - Marrakeck SoukComme des débutantes, on rentre dans un petit magasin sous les vicieux conseils d’un “passant”. On nous explique que nous sommes dans une pharmacie berbère. On nous propose une visite guidée. Il est temps d’y aller, la Médersa Ben Youssef a re-ouvert. On nous explique qu’aujourd’hui c’est « jour de prière » et que le bâtiment reste fermé. On ne s’attend évidemment pas à une telle arnaque… et pourtant ! Quelques minutes plus tard nous voilà ticket à la main dans la Médersa Ben Youssef. N’écoutez pas toujours ce qu’on vous raconte ! Ce n’est pas pour rien qu’on la surnomme Arnakech.

Médersa Ben Youssef - Maroc - Marrakech Elle fut construite en 1565 par le sultan Abdellah Al Ghalib de la dynastie saadienne. On est frappé par sa splendeur et la richesse de sa décoration qui met en exergue des motifs floraux, des décors en cèdre et de remarquables ouvrages marbrés. On a beaucoup aimé, on ne regrette pas la pharmacie berbère.

Médersa Ben Youssef - Maroc - Marrakech Et pour finir, direction les jardins de Majorelle. Sans doute le plus beau jardin de la ville créé par le peintre français Jacques Majorelle qui le considéra comme sa principale œuvre. Endroit parfait pour rompre avec l’agitation de la ville. On y fait un rapide tour avant de partir pour Fès. On est un peu pressées, un train nous attend. Tant pis, on reviendra !

Retour au menu ✈


Fès, la fascinante

Retour au menu ✈

Un dédale de bazars couverts, de ruelles inondées d’échoppes, une médina historique et des tanneries à couper le souffle (littéralement hélas!). Voilà ce que vous réserve votre séjour dans la cité héritière de la culture andalouse.

-528Nous venions de terminer notre fabuleux séjour à Marrakech, la ville rouge. Nous voilà prêtes pour découvrir la plus ancienne citée impériale du Royaume.

 * Fès est facilement joignable via trains ou bus (ONCF équivalent SNCF, CTM pour les trajets en bus).

La Médina (Fès el-Bali)

Medina Fès Maroc Voyage SéjourAujourd’hui plus de 150 000 Fassis vivent dans ce labyrinthe de ruelles tortueuses, d’impasses et de souks pleins à craquer dans lesquels les touristes se perdent invariablement. Inutile de nous munir d’un plan ou autres gadgets touristiques, nous nous laisserons guider par notre « bon sens ».

Medina Fès Maroc Europa Roadtrip Séjour La principale entrée de la ville se trouve à l’ouest de la médina : Bab Bou Djeloud. À partir d’ici, deux rues déambulent vers le cœur de la médina : Talaa Kebira (« grande pente ») et Talaa Seghira (« petite pente »). Ces petites rues nous mènent à la place an-Nejjarine et continuent jusqu’à la mosquée Karaouine et la zaouïa de Moulay Idriss II.

Chouara, le quartier des tanneurs

Chouara, le quartier des tanneurs - tannerie - Fès Maroc Road Trip Europe Vous aviez dit « à couper le souffle » ? Pas étonnant quand on sait que les peaux sont trempées dans un mélange d’urine de vache, d’excréments de pigeons, de chaux vive, d’eau et de sel.

Le souk abrite trois tanneries antiques ; la plus impressionnante et la plus ancienne étant la tannerie de Chouara, vieille de près de mille ans. Les peaux sont, dans un premier temps, placées dans un des fosses de teinture contenant des colorants végétaux naturels, comme la fleur de pavot (rouge), l’indigo (bleu), le henné (orange), le bois de cèdre (brun), la menthe (vert), et le safran (jaune). Chouara, le quartier des tanneurs - tannerie - Fès Maroc Road Trip Europe

Debout jusqu’à la taille, sous le soleil brûlant, les travailleurs répètent dans ces cuves un processus rappelant celui de l’époque médiéval.

Pour accéder à la tannerie, pas d’autre moyen que de monter sur les terrasses environnantes des boutiques de cuir. On nous propose une visite, on refuse avec simplicité. La vue est fascinante, on en prend plein les yeux !

Fès Maroc Travel EuropeOn a aimé Fès, on a même adoré ! On y passerait volontiers quelques jours de plus. Il y a toujours des lieux qu’on a du mal à quitter. Fès en fait parti.

La route continue, le nord du Maroc, et notamment Tanger, nous attend. On boucle nos sacs, on recharge les appareils photos et nous revoilà parti pour l’aventure.


Nos bons plans :

      • Le Riad Dar Hanae, charmant et agréable (la propriétaire, Najiba, se donnera un mal fou pour que vous passiez un séjour exceptionnel!).
      • Boire un thé à la menthe sur une des nombreuses terrasses en hauteur que vous offre la Médina.
      • Contrairement à ce qu’on pense, il est préférable d’acheter sacs/sandalettes/babouches à Essaouira ou Marrakech – qualité semblable et prix bien moins élevés!

Retour au menu ✈

Essaouira, la bien gardée

Retour au menu ✈

C’est en général à Essaouira qu’on aime se reposer après un séjour mouvementé dans les souks de Marrakech ou après la traversé des dunes du Sahara. Ici les marocains ne sont pas pressés, ils viennent se détendre et y passer des vacances à l’abri du vacarme des grandes villes.

Essaouira - Maroc

On y arrive par la route P10, parfois dangereuse mais étrangement chaleureuse: bordée d’arganiers, le désert à perte de vue.
C’est le royaume des véliplanchistes, des kitesurfer mais aussi des curieux, comme nous, pour deux à trois jours.

Essaouira, la marocaine, avec ses murs blancs chaulés et son vent à décorner les bœufs est un bel exemple de ville fortifiée de la fin du XVIIIe siècle, construite en Afrique du Nord selon les principes de l’architecture militaire européenne de l’époque.

-18Essaouira - Maroc

Tassourte « la bien gardée », en arabe لصويرة, accueille une médina (ancienne Mogador) inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Parfois un peu trop touristique, on l’aime pour son charme innocent, pour son ambiance décalée, pour ses odeurs diverses et variées mais un peu moins pour ses nombreux marchands qui nous interpellent. On y trouve de tout : des sacs en cuire moins cher qu’à Fès (faire attention tout de même à ne pas se faire vendre de la peau de mouton : odeur très forte et qualité moindre), plats à tagine, cosmétiques à l’huile d’argan (éviter Essaouira pour cet achat),… Essaouira- Maroc Ici il faut se balader, arpenter les ruelles et se perdre dans la Médina pour y apprécier la ville bleu-blanche.

C’est au port que le bleu est omniprésent. Un véritable tableau. Les barques bleues et leurs filets de pêche tanguent au vent. Les mouettes rieuses guettent le moindre poisson. C’est d’ailleurs plus qu’un tableau, un véritable spectacle !

ESSAOUIRA, LA BIEN GARDÉE - Maroc ESSAOUIRA, LA BIEN GARDÉE ESSAOUIRA, LA BIEN GARDÉE - Maroc ESSAOUIRA, LA BIEN GARDÉE - Maroc

À peine plus loin, le spectacle continu. On choisit poissons et fruits de mer frais devant l’œil connaisseur des chefs cuisiniers avant de savourer son dîner devant un coucher de soleil lumineux (avec un peu de chance !). Ahh Essaouira… coucher de soleil lumineu - Essaouira - Maroc Tout à l’air fait pour les touristes ici. C’est souvent agréable mais deux à trois jours suffisent pour les curieux. Le temps de faire le tour de la petite ville (vraiment très petite) et de reprendre la route….


Nos bons plans:

  • Le Rial El Mess, situé au cœur de la Médina – petit déjeuner inclus avec vue panoramique! Prix très abordable.
  • Siroter un jus d’orange frais adossés au vieux port
  • Manger un pastilla frais “Chez les Frères” – Rapport qualité/prix excellent

Essaouira - Maroc Manger un pastilla frais Retour au menu ✈