Malacca, un avant goût d’occident

Berceau du sultanat le plus puissant de l’histoire de la péninsule, Malacca a connu une histoire pleine de gloire, de fureur puis d’oubli. La ville a vu se succéder les colonisations portugaise, hollandaise et anglaise, métissage culturel dont elle garde un héritage architectural pittoresque.
C’est un peu la Venise malaise. Un avant goût d’occident en plein Asie.

Malacca, un avant goût d'occidentCité tolérante vivant au rythme des différentes religions. L’appel du muezzin cinq fois par jour, les cérémonies taoïstes au temple des Nuages verts, le plus ancien de Malaisie (1646), les processions des hindous, les messes à Saint-François-Xavier…Bienvenu à Malacca !

BUKIT CHINA

BUKIT CHINA Malacca Cimetière chinois Un peu à l’écart du centre-ville, sur la rive ouest, on pédale jusqu’à la colline ayant servi de résidence à la princesse Hang Li Po de Chine, fille de l’empereur, ayant épousé le sultan Masur Shah. Le cimetière couvre entièrement la colline. Les tombes tapissent le sol. C’est surprenant. C’est d’ailleurs le plus grand cimetière chinois du monde (en dehors de Chine bien entendu!) ; il contient plus de 12 000 tombes, souvent en mauvais état, dont certaines datent de l’époque des Ming.

STADTHUYS sur la place centrale

Ex résidence aux gouverneurs de la ville, construit par les hollandais, peint en rouge, elle est considérée comme le plus ancien bâtiment hollandais du Sud-Est asiatique. Les lourdes portes d’entrées abritent le Musée historique et ethnographique.

CHRIST CHURCH

CHRIST CHURCH - Malacca Première église protestante du pays, puis convertie ensuite par les Anglais en église anglicane, on se croirait véritablement en Europe. D’ailleurs les briques ont été importées de Hollande avant d’être enduites de latérite rouge. Les britanniques ont voulu y ajouter leur touche personnelle : la girouette et le beffroi.

SAINT PAUL’S CHURCH

SAINT PAUL'S CHURCH - MalaccaPerchée au sommet de la colline Saint-Paul, les ruines d’une église catholique portugaise se font chatouiller par le vent. L’église tomba en désuétude après la construction de Christ Church. La colline devint alors un cimetière pour les notables.

CHINATOWN

Chinatown MalaccaChinatown s’étend sur la rive ouest du fleuve, pédale-y depuis la place centrale. Rien à voir avec le Chinatown décevant de Kuala Lumpur : splendides demeures, temples et cafés chinois. Allez-y faire un tour.


Nos petits conseils :

  • Bus pour La gare des bus (RM1) toutes les 15 minutes
  • Louer des vélos à la journée : RM10
  • 2 jours sur place suffisent
  • Halte parfaite où passer la nuit entre Kuala Lumpur et Singapour
Advertisements

Treck dans la jungle à Taman Negara

Loin de l’agitation de Kuala Lumpur et fraichement revenues des Cameron Highlands, nous voilà à Taman Negara pour une nouvelle aventure. Taman Negara est un parc naturel national situé en Malaisie péninsulaire: on nous en avait dit que du bien, il fallait se rendre sur place pour y apprécier l’endroit.

Treck dans la jungle à Taman NegaraUn long voyage suivi de près de 3 heures de pirogue à moteur, voilà ce qu’il faut pour se retrouver dans la jungle, loin du vacarme des grandes villes. Sur la route nous rencontrons un couple d’allemand, ce sera avec eux que nous passerons les deux prochains jours.

Réveil un peu difficile le matin après la longue route de la veille. On prend un bon petit-déjeuner dans un boui-boui au bord de la route : bœuf façon bashu avec son bol de riz. Aujourd’hui il va nous en falloir des forces.

Ici il vaut mieux y oublier l’autonomie. Difficile de profiter de l’endroit sans l’aide d’un guide. Accompagnées des deux allemands, nous avons choisi de faire un treck d’une journée – 23 km tout de même! Avant de commencer cette longue marche périlleuse nous passerons d’abord par le célèbre pont suspendu.

Treck dans la jungle à Taman Negara - MalaisieIl nous faudra traverser la rivière et rejoindre après quelques minutes de pirogue un petit escalier- à peine visible – au niveau de la canopée. Après une dizaine de minute on aperçoit au-dessus de nos têtes l’immense pont suspendu. C’est génial. Pas grand monde, pour ne pas dire personne. Ca change d’observer la foret de haut. On voit quelques singes qui fanfaronnent de branche en branche. C’est le plus grand pont suspendu du monde, quel spectacle !

On remonte tous les quatre sur la pirogue – cette fois on ira un peu plus loin le long du Temebling. On profite du ronronnement de la pirogue, après ce seront les jambes qui travailleront.

Treck dans la jungle à Taman NegaraC’est le guide qui a donné toute la qualité à ces moments : sans lui la journée n’aurait été qu’amas de lianes, d’arbre de 80 mètres de haut, le long des balises fréquentées par les touristes.

Bonnes chaussures aux pieds et manchette à la main, le guide nous explique les secrets de la jungle : telle plante aux qualités particulières, telle fleur … les traces d’un éléphant sur le tronc d’un arbre, les fourmis “oversize” dangereuses, la tarentule en pleine nuit, l’émotion du scorpion sous la lumière noire ou … ces fougères qui deviennent fluorescentes après la pluie.

Treck dans la jungle à Taman NegaraOn fera un petit détour dans un village aborigène : c’est le « copain d’enfance » du guide. La tribu change de lieu de camps à chaque décès. Ce village ne fait normalement pas parti du tour, on a de la chance. En revanche, un autre village se visite: le village Orang Asli. Mais nous préférons de loin ce village perdu, à une vingtaine de kilomètre de la ville la plus proche.

Treck dans la jungle à Taman NegaraAprès 4 heures de marche, on s’arrêtera pour « casser la croute ». Riz et porc en sauce emballé dans une feuille de bananier au menu. Ça fait du bien de s’arrêter un peu: marcher dans la jungle est épuisant (mais passionnant).

On remonte le sac sur le dos. C’est un peu moins lourd maintenant : la bouteille d’eau se vide, le repas est avalé. On continu à marcher. C’est beau mais les derniers kilomètres sont durs. On rencontre sur notre chemin un énorme lézard (iguane?), quelle chance ! Le guide sursaute et l’effraie à coup de bout de bois avant de nous laisser le temps de prendre quelques photos (floues malheureusement). Les araignées font parti du décor, attention à ne pas être celui qui ouvre la marche!

DSC_0858

Doucement mais surement on rejoint la rivière, où il nous faudra reprendre une pirogue. On l’a fait ! 23 km dans la jungle ! Les passages sont difficiles, souvent étroits, traversés par des troncs d’arbre – il vaut mieux être en bonne forme physique avant d’affronter ces drôles de chemin.

DSC_0782

Épuisées mais ravies de notre journée, on s’assied en terrasse jusqu’à tard le soir avant d’aller se coucher. Tiger Bier et bon repas malais pour clôturer cette belle journée. Demain, retour à Kuala Lumpur.

Les Cameron Highlands (et leurs plantations de thé à gogo)

On prend le bus depuis Kuala Lumpur avant même que le soleil se lève (RM35). La route est belle, plantations de palmiers à perte de vue. La route tourne, les virages sont serrés et nombreux. Le bus n’a pas peur et fonce à tout allure. C’est un peu effrayant mais il paraît que ça vaut vraiment le coup. Et il en faut des kilomètres pour gravir les 1600 mètres d’altitude où se cachent les plantations de thé malaises…

Les Cameron Highlands (et ses plantations de thé à gogo)4 heures plus tard nous voilà à Tana Rata. C’est ici que nous passerons la nuit ! Une brise apaisante nous caresse le visage alors que nous nous dirigeons vers des marchands ambulants pour y apprécier notre déjeuner (bien mérité). On prend le temps de programmer notre après-midi. On ne veut pas profiter des tours organisés (qui sont d’ailleurs hors de prix). Après tout on est venu ici pour un peu de calme et de sérénité après le géant qu’est Kuala Lumpur.

Tana Rata est une ville un peu excentrée. Ici pas de Tuk-Tuk ni de bus en vue mais seulement quelques taxis qui ont le monopole sur toute la région. Les prix sont donc excessifs ! On décide quand même de prendre un taxi pour rejoindre les plantations de thé de Boh Sg Palas, les plus grandes de la région. Celles-ci se trouvent à quelques kilomètres de la ville. Nous voilà déjà reparties. On profite du confort du taxi à l’allé parce que nous avons prévu un retour en stop.

Les Cameron Highlands (et ses plantations de thé à gogo)Les amoureux de nature seront comblés. La route pour y accéder est escarpée mais splendide. La plantation est immense. On se balade entre les pieds de thé, on y rencontre de rares récoltants au travail. La vue se suffit à elle même.

Le mieux est de marcher. Il faut s’immerger du paysage ; loin du brouhaha des moteurs de scooter ou de voiture. Nous passions l’après-midi à marcher sans rencontrer personne. Trop éloignées du Musée du thé et du café qui l’avoisine (et tant mieux). Nous avons choisis de ne pas y aller – nous voulions voir la nature et non pas rester coincer entre quatre murs. À vous de choisir bien entendu.

Les Cameron Highlands (et ses plantations de thé à gogo)

Le soleil commence à tomber. C’est ici que commence notre périple en stop. Première voiture trouvée, elle nous amènera jusqu’une petite ville. Ensuite nous tomberons sur un couple allemand. Nous passerons la soirée à Tana Rata où il n’y a pas grand chose à faire. C’est pas grave, la journée a été fatigante. Les jambes sont lourdes, le soleil a tapé fort aujourd’hui : il est temps de dormir.

Prochaine destination : Taman Negara pour un treck dans la jungle.

Kuala Lumpur en 2-3 jours

Voici un “City Guide” concocté par nos soins qui vous aidera à plannifier votre voyage dans la capitale malaise.

Que voir ? Que faire ? Quand ? Comment ? Et tout cela avec un « low budget » ?
Tant de questions vous assaillent? Vous êtes sur la bonne page.

Si, comme nous, vous voyagez en Asie du Sud-Est pour satisfaire votre curiosité, il est plus que probable que vous passiez par Kuala Lumpur, ou du moins par l’un de ses deux aéroports car c’est, avec Bangkok, une plate-forme logistique incontournable.

Pas besoin d’y passer plus de 3 jours, la Malaisie recèle d’autres sites à visiter. Partez à la découverte des plantations de thé de Cameron Highlands, de la jungle à Taman Negara ou des belles plages paradisiaques.

Les Tours Pétronas (KLLC)

DSC_0205

L’une des plus grandes fiertés des malais c’est bien entendu les Petronas Twin Towers (KLCC). 88 étages pour une hauteur totale de 452 mètres, 78 ascenseurs, 32 000 fenêtres : futuristes et impressionnantes.

L’équivalent de la tour Eiffel de Kuala, un monument à voir mais pour le prix (RM80) et la foule qu’il y a, cela reste dispensable.

DSC_0195

Moins cher que de monter en haut des Petronas, le SkyBar de KL. Comptez tout de même RM31 pour une simple Tiger (bière locale), le bar se trouve au 33e étage de l’hôtel Traders (juste en face des célèbres tours) avec une vue époustouflante sur les Twin Towers. Au milieu du niveau se trouve une piscine, pour le plus grand bonheur des clients diurnes qui peuvent en profiter pleinement.

Après vous pouvez également faire comme nous : monter au culot, prendre quelques photos, profiter de l’ambiance et redescendre sans payer le moindre verre. Après tout, c’est ça que de voyager avec un « low budget ».

 Informations (KLLC):
- Prix: 80 RM/adulte – 30 RM/enfant
- Horaire: Du mardi au dimanche
- Venir très tôt le matin pour éviter la foule 
  (nombre de visiteur limité par jour)
- Pour monter au SkyBridge, se rendre dans la salle des billets
  SkyBridge, à la base (prendre l’escalator depuis le
  centre commercial Suria KLCC)

La Tour Menara de Kuala Lumpur

caption

C’est un peu la Fernsehturm de Berlin ou la Perle de l’Orient de Shanghai.

Haute de ses 421m, lourde de plus de 100 000 tonnes. La Tour Menara a été construite en 1995 par l’architecte Kumpulan Senireka Sdn Bhd. C’est aujourd’hui le 2ème plus grand building en Malaisie après les Tours Petronas. Un restaurant panoramique tournant est situé au dernier étage de la tour.

Depuis la tour Menara, on ne voit les Tours Petronas que de côté, ce qui nous a déçu. Pour le reste la vue est quand même très correcte, mais le tarif demandé est-il vraiment honnête? C’est à vous de voir.

- Prix: 47 RM pour l’observation deck et 100 RM pour le dernier
  étage avec accès au restaurant
- Horaires: Tous les jours de 9h à 22h
- Comment s’y rendre? À deux pas de la jonction Jalan Jalan 
Punchak/P.Ramlee. On peut s’y rendre en taxi, en monorail ou métro LRT

Little India et Chinatown

44% de Malais, 43% de Chinois et 10% d’Indiens, vous vous rendrez bien vite compte que Kuala Lumpur est une ville cosmopolite et multiculturelle. Un grand brassage multiple de peuples de tous horizons !

Little India se trouve à quelques minutes seulement de KL Sentral. C’est un lieu très représentatif de la capitale : contraste entre monstrueux buildings et petits quartiers grouillant de monde.

Little India Kuala Lumpur

N’hésitez pas à visiter Little India un samedi, c’est le jour du marché. Il faut se perdre d’étales en étales pour goûter et apprécier les spécialités locales. Les gens se connaissent, se saluent et repartent sac à la main pour continuer leurs emplettes. C’est un quartier très chouette que l’on vous recommande lors de votre prochain séjour.

Attention, évitez le centre touristique de Little India. On s’attend à un morceau de l’Inde… et ce n’est malheureusement pas le cas. Il faut sortir des sentiers battus pour apprécier les lieux.

Chinatown Kuala Lumpur

Chinatown, sa Petaling Street et son (trop) célèbre Central Market : véritable marché de contrefaçon en plein air.

La seule chose sympathique est de manger dans les ruelles perdues du quartier. C’était très bon, à quelques rues du vacarme des marchands, et pas cher – notre addition n’a pas dépassé les RM8 !

Battu Caves

DSC_0005

On a du mal à croire que cet endroit impressionnant se trouve à seulement 3km du géant Kuala Lumpur. L’arrivée sur place est très impressionnante, on y découvre une statue qui semble vertigineuse ainsi que de nombreuses marches menant à une grotte sombre. Vous serez (plus ou moins gentiment) accueillis par des singes affamés.

DSC_0121Un endroit incontournable où s’allient main de l’Homme et nature. Des grottes aux formes majestueuses ont été sculptées par celle-ci. Quant à l’Homme, poussé par un élan spirituel et par la force de sa foi, il s’est approprié les lieux (à sa manière bien sûr). Comme s’il voulait reproduire sa faiblesse due à sa vie éphémère à travers son art. Malheureusement le sol des grottes a été entièrement cimenté, des installations lumineuses ont été montées et de nombreux marchands vendent toutes sortes de gadgets (sans aucun lien avec le lieu). Dommage.

Attention à ne pas avoir les jambes découvertes ou vous serez obligé de louer/acheter un foulard (RM4).

//