About Backpacker Moneysaver

Qui sommes nous? Deux amies, la vingtaine et originaires de France et d'Allemagne passionnées de voyage depuis longtemps. Ce blog, c'est à la fois une véritable BAF ("Bouffées d’Air Frais) dans nos vies stressantes mais aussi un bon moyen de faire partager nos aventures, nos découvertes. Nous adorons voyager, partir à l’aventure et surtout faire partager cette passion et nos impressions. Les prochaines choses à rayer sur notre liste ? Voir le bus magique en Alaska, boire un rhum sur une plage à Cuba et jouer 1€ dans un casino de Las Vegas.

Cai Be et son marché flottant

Cai Be est connu par son marché flottant typique de la culture fluviale. Mais Cai Be c’est aussi 24 villages, son fleuve Tiên, ses vergers et ses pamplemousses à gogo.

Cai Be et son marché flottant 3

Si vous êtes un(e) habitué(e) des marchés flottants, celui-ci risque fort de vous étonner. C’est un marché de gros fréquenté par les commerçants du delta. Rien à voir avec celui de Damnoen Saduak, non loin de Bangkok. Cai Be est le carrefour des trois provinces de Tien Giang, Vinh Long et Ben Tre, les plus grands producteurs des denrées végétales du Viet Nam.

C’est sur ce bras du Mékong que le commerce des fruits est le plus dynamique de tout le Sud occidental. Sampans, norias de péniches se croisent, se fracassent et se dépassent. Les marchands négocient leurs mangues, pamplemousses et autres jaques vendus à même l’eau.

Cai Be et son marché flottant1

La meilleure façon est de faire la visite à bateau, se rapprocher des marchands et assister au business. À l’avant de chacun des bateaux se dressent de longues perches surmontées d’un produit (type banane, pamplemousse ou encore mangue) afin de faire connaître aux clients la nature de leurs marchandises aux clients sans avoir à crier.

Aux abords une succession de maison sur pilotis, soumises au caprice du fleuve, assistent quotidiennement au spectacle.


Comment se rendre à Cai Be?
À seulement 2h30 d’Ho Chi Min, nous recommandons aux petits budgets (et aux aventuriers) de prendre le bus local. Attention le bus s’arrête à quelques kilomètres du site. Il vous faudra monter sur des motos pour rejoindre le marché. Vous êtes joueurs?

Pour les moins courageux vous trouverez facilement des voitures privées partant d’HCM si vous êtes en groupe. Sinon des voyages organisées font également le trajet.

Advertisements

TOP 10 DES PLUS BEAUX MARCHÉS DE NOËL (en Allemagne)

Cette année, oubliez le marché de Noël ringard et surfait des Champs Elysées. Envolez vous en Allemagne où les marchés de Noël font parti du paysage d’hiver. Nous avons sélectionné pour vous nos 10 marchés de Noël préférés: féérie, tradition et magie de Noël sont au rendez-vous. Les incontournables « Lebkuchen » et « Glühwein » vous accompagneront, bien entendu !

 LE MARCHÉ DE NOËL DE COLOGNE

Cologne

Sept marchés de Noël autour de la cathédrale de Cologne, dont un sur un bateau sur le Rhin. Romantique, branchés ou même fêtard, les marchés de Noël de Cologne sont l’un des plus grands et réputés d’Allemagne.

Les gourmands ne manqueront pas de goûter aux « kölner Spekulos » dans l’un des 150 pavillons.

LE MARCHÉ DE NOËL DE RATISBONNE

regensburg

Vivez un Noël haut en couleur dans la maison princière de Thurn und Taxis. Le célèbre marché de Noël bavarois, avec ses pavillons exposant objets artisanaux sur le thème de Noël et spécialités du coin, vous fera saliver. Ne manquez pas la « Regensburger Bratwürste” ou encore la “Regensburger”, arrosées de « Glühwein » (naturellement).

 LE MARCHÉ DE NOËL DE BRÊME

Marché de noël de Brême

Brême et son marché de Noël c’est plus de 170 échoppes superbement décorées autour de l’Hôtel de Ville, de la célèbre statue de Roland et de la Cathédrale Saint-Pierre. C’est également un marché au charme maritime avec le Böttcherstraße et le Schlachtezauber, tout deux au bord de la Weser.Ce qui fait son unicité c’est bien entendu son odeur de poisson fumé!

LE MARCHÉ DE NOËL DE NUREMBERG

nuremberg

C’est le marché de Noël le plus connu d’Allemagne. Dans une atmosphère médiévale, on y déguste un délicieux pain d’épice et on y boit la Feuerzangenbowle, une boisson traditionnelle allemande alcoolisée. Celle de Nuremberg est une des plus réputées.

 LE MARCHÉ DE NOËL DE FRANCFORT ffm

C’est le plus ancien marché de Noël d’Allemagne, voire du monde, depuis 1393 ! Mais aussi l’un des plus grands et plus beaux, attirant chaque année des millions de visiteurs. Son arbre de Noël de près de 30 mètres de haut et ses 200 stands vous accueillent sur le Römerberg, la Paulsplatz et les quais du Main. Soyez au rendez-vous !

 LE MARCHÉ DE NOËL DES GORGES DE RAVENNA

gorge

En voilà un bien original, situé sous le viaduc ferroviaire du Höllentalbahn (« train de la vallée des enfers ») dans la Forêt-Noire. Un cadre exceptionnel pour un délicieux « Glühwein » devant un émouvant son et lumière qui accompagne les illuminations du viaduc de Ravenna

 LE MARCHÉ DE NOËL DE HEIDELBERG

LE MARCHÉ DE NOËL DE HEIDELBERG

Pas moins de sept lieux différents de la vieille ville arborent les couleurs de Noël : la zone piétonne, la Bismarckplatz jusqu’à l’Anatomiegarten et la place de l’Université, la place du Marché et la plus belle place, le Kornmarkt. Pour une ambiance encore plus romantique, rendez-vous à la petite forêt hivernale installée sur le Kornmarkt.

LE MARCHÉ DE NOËL DE STUTTGART

LE MARCHÉ DE NOËL DE STUTTGART

Tout au long de l’Avent, c’est tout le centre de Stuttgart qui se transforme en une ville de Noël à l’ambiance festive. Le «Hutzelbrot» un pain aux fruits et aux épices est la star de ce marché de Noël qui se double d’un marché aux antiquités tout aussi réputé.

LE MARCHÉ DE NOËL DE DRESDE

LE MARCHÉ DE NOËL DE DRESDE

Vous le connaissez sûrement sous le nom de Striezelmarkt, en référence au Strietzel, célèbre gâteau de Noël traditionnel de la ville. On y admire notamment la plus grande pyramide de Noël du monde, du haut de ses 14 mètres ! Si vous y passez, ne manquez pas le découpage du gâteau de Noël, le Christstollen, à l’occasion de la fête du Stollen.

LE MARCHÉ DE NOËL DE LÜBECK

LE MARCHÉ DE NOËL DE LÜBECK

Lübeck offre un cadre de choix pour ses sept marchés de Noël: vous pourrez vous glisser au cœur du marché de Noël historique au pied de l’église Sainte-Marie, puis au marché de Noël familial sur l’Obertrave,  aux deux marchés d’artisanat d’art à l’Hospice du Saint-Esprit et à l’église Saint-Pierre. Ne manquez pas les marchés de Noël du Rathausmarkt, du Koberg et de la Breite Straße.


  N’hésitez pas à nous faire part de vos propres expériences et…   …joyeuses fêtes!!

Saigon l’extravagante, alias Ho Chi Minh Ville

Métropole fourmillante, dynamique, d’une vitalité étonnante, Hô Chi Minh-Ville se plaît dans les contrastes. Au delà des édifices coloniaux et du tumulte des ruelles, la ville recèle de quoi satisfaire chacun : temples, pagodes, marchés, monuments historiques, musées. En plus des principaux centres d’intérêt, le triste passé de la ville plane encore largement.

Musée des souvenirs de guerre

Saigon l'extravagante,  alias Ho Chi Minh Ville - Musée des souvenirs de guerreTemps fort du circuit.

Plus qu’une leçon d’histoire, les photos parlent d’elles-mêmes et ne font aucune concession. D’abord la colonisation française avec ses bons et ses mauvais côtés, puis l’invasion américaine avec ses horreurs.
On ressort avec une vision différente de ce que la médiatisation US a laissé sous-entendre.

 Prix : 15 000 dôngs.

La Pagode de l’Empereur de Jade

 Saigon l'extravagante,  alias Ho Chi Minh Ville - La Pagode de l’Empereur de Jade

Assez excentré, préférez les transports en commun ou les taxis pour rejoindre la célèbre Pagode de l’Empereur de Jade. Le site est extrêmement fréquenté par les Vietnamiens.

Le tumulte d’HCMC s’efface une fois le porche franchi. Une cour abritée de quelques arbres apaise la chaleur écrasante. L’encens en myriades de bâtonnets fumant se disperse tout autour. Puis vient la découverte intérieure, avec une cérémonie. Les psaumes sont récités en fredonnant et chantant, et peu à peu une mélodie exotique autant qu’extatique se dissimule. Magique.


Un petit tour à pied dans le quartier de Dong Khoi

Un petit tour à pied dans le quartier de Dong Khoi  - Saigon l'extravagante,  alias Ho Chi Minh VilleSaigon l'extravagante,  alias Ho Chi Minh Ville - Un petit tour à pied dans le quartier de Dong Khoi Quartier huppé, entouré de grattes-ciel et de boutiques de mode ; il emprunte son nom à sa principale avenue commerçante: Dong Khoi Street, anciennement rue Catinat. C’était le centre névralgique de Saigon, où tous les français se baladaient.

Le quartier s’étend de la Cathédrale Notre-Dame à l’hôtel Majestic en bordure du fleuve Saigon, en passant par l’Opéra.

Ne pas rater les célèbres boulevards Nguyen Hue et Le Loi où déambulent inlassablement toutes sortes de deux roues.

La vue surprenante sur Hô Chi Minh depuis le toit du Saigon Skydeck

La vue surprenante sur Hô Chi Minh depuis le toit du Saigon Skydeck 68 étages, haute de 262m : image de l’évolution du Vietnam qui contraste avec le Saigon authentique.

La Bitexco Financial Tower propose une plate-forme d’observation circulaire (hélistation) au 49ème étage (200 000 dôngs).
Nous avons préféré aller prendre un verre à l’Alto Heli Bar au 52ème étage, évidemment ici le coût d’un café est plutôt parisien que vietnamien (mais cela reste bien moins cher que l’accès au skydeck!).

Petite anecdote: cette tour avait été conçue pour recevoir des hélicoptères. Seulement l’État n’a jamais donné l’autorisation.

Idéal pour y apprécier le coucher de soleil.

La folie du Grand Temple caodaïste

La folie du Grand Temple caodaïste - Saigon l'extravagante,  alias Ho Chi Minh Ville La folie du Grand Temple caodaïste - Saigon l'extravagante,  alias Ho Chi Minh Ville

Le Temple est majestueux, tout en couleur. L’architecture est particulière, l’intérieur original. Religion ayant apparu il y a moins d’un siècle, cela nous a semblé très farfelu. Petit côté militaro-religieux. Un temple mélangeant les styles architecturaux, à l’image de ses croyances, mêlant bouddha, Jésus, Allah, Confucius et même Victor Hugo !

Essayez d’y aller un peu avant 13 heures, pour assister à la fin de l’office.

MAIS SURTOUT, ÉVITEZ LES ODIEUX TUNNELS DE CU CHI

Lieu très touristique, à l’allure d’un mini-parc de loisir genre “Apocalypse Now”. Guides et mises en scène font durer le suspens pour finalement se retrouver nez-à-nez avec une petite portion de tunnel, certes authentique, mais polie par le passage des milliers de touristes.

Après avoir prouvé, à juste titre, l’horreur de la guerre, le site vous propose d’utiliser les armes ayant servies à commettre toutes ces atrocités (pour une mini fortune, bien sûr).


Nos Conseils:

  • dormir dans le District 1 (ou à défaut dans le District 3) où se trouve la majorité des sites
  • bien accroché vos appareils photos et sacs dans les rues, attentions aux voleurs à moto !
  • 2 jours semblent suffisant pour faire le tour des principales attractions

Les cinq plus belles stations de métro d’Europe

Certes, votre but premier lors d’une escapade touristique n’est pas la visite des stations de métro. Mais sachez que l’art ne se trouve pas seulement à la surface, vous serez étonnés de découvrir des œuvres si spectaculaires, fruits de l’ingéniosité humaine dans des lieux si sombres et anonymes. Aujourd’hui devenus des lieux familiers, les stations de métro sont souvent personnalisées par des architectes et des artistes visionnaires. Voici notre top 5 des stations de métro les plus remarquables

  1. Toledo, Naples, Italie

Toledo, Naples, Italie - Les cinq plus belles stations de métro d’Europe Élue plus belle station d’Europe, ce n’est pas un hasard qu’elle apparaisse en premier dans cette liste. On parle de musée contemporain, une offre 2 en 1 dans la cité napolitaine pour la modeste somme d’1€30, le coût d’un trajet en métro. Un projet d’un milliard et demi d’euros qui vous fera voyager dans les entrailles de la Terre, entouré de carrés de mosaïques bleus, comme au fond d’une piscine, qu’un puit de lumière relie au monde extérieur. Les Stations de l’Art présentent près de 200 œuvres, c’est un incroyable complexe qui fait partie du réseau des stations de métro de l’art napolitain.

  1. Komsomolskaya (Koltsevaya Line), Moscou

Komsomolskaya (Koltsevaya Line), Moscou - - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeEn deuxième position, les plafonds aux grands lustres ressemblant à une grande salle de bal ornés de mosaïques historiques et accompagnés de décorations de style baroque de la station Komsomolskaïa en Russie. L’architecte Alexeï Chtchoussey a conçu cette station comme l’illustration d’un discours de Joseph Staline prononcé en 1941 , dans lequel il évoquait les souvenirs d’Alexandre Nevski, de Dmitry Donskoï et d’autres figures militaires russes. La station a été ouverte en 1952 pour réduire la congestion de la circulation dans l’un des centres de transport de Moscou. Un véritable musée historique !

  1. Westfriedhof, Monaco, Munich

Westfriedhof, Monaco, Munich - - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeTroisième place sur le podium, la station Westfriedhof à Munich inaugurée en 1998. En 2001 la plate-forme Westfriedhof fut esthétiquement rénovée par onze imposants luminaires en forme de dômes qui égayent l’environnement avec des touches de couleur bleu, jaune et rouge et un design lumineux étonnant. D’ailleurs autant ses murs que ses plafonniers valent le détour. Westfriedhof est l’une des stations de la ligne U1 de l’U-Bahn.

  1. Kungsträdgarden, Stockholm

Kungsträdgarden, Stockholm - - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeCertes, le métro de Stockholm n’est pas bien grand, mais il abrite sous ses trois lignes (verte, route et bleue) une véritable œuvre artistique. Les stations souterraines de la capitale suédoise offre une architecture très éclectique. Transformée par l’artiste Ulrik Samuleson en jardin baroque, statues de marbres, damier et chute d’eau dans la roche, la station de metro représente en réalité la reconstitution d’un chantier de fouilles archéologiques et décrit l’histoire du parc.

  1. Olaias, Lisbonne, Portugal

Olaias, Lisbonne, Portugal - Les cinq plus belles stations de métro d’EuropeLes artistes ont également été invités à diffuser les couleurs dans les sous-sol de la capital portugaise. Le réseau de métro est aujourd’hui, au travers de ses revêtements de faïence, une large galerie d’art contemporaine. Après avoir accueilli une exposition mondiale en 1998 pour célébrer 500 ans d’inventions portugaises, Lisbonne a convoqué ses meilleurs artistes pour aider les 11 millions de visiteurs à naviguer autour de la ville.

Où manger local à Vientiane ?

Ce qui surprend à Vientiane, contrairement à ses voisins, c’est le calme de la capitale, à peine plus animée qu’un village. Quand on arrive tout droit de la monstrueuse Bangkok, c’est plutôt étourdissant.

D’ailleurs ici, le maitre-mot c’est « bor pen y » (traduction: ce n’est pas grave).

Le Laos, en plus d’être un magnifique pays, est un pays où l’on mange bien. Mais…Vientiane est encore aujourd’hui très marquée par l’empreinte du colonialisme français : panneaux et cartes des restaurants sont très souvent doublés en français. Pas facile donc de dénicher parmi les nombreux restaurants servant de la « western food » les meilleurs plats laotiens, les mets les plus savoureux.

C’est pour cela que pendant notre long séjour sur place nous avons listé pour vous nos 5 restaurants, boui-bouis et marchés préférées.

les voici, les voilà:

1. Mac Phet

Mac Phet - Où manger local a Vientiane ?Produits bio, sans OGM. Décors, musique et cuisine traditionnelle laotienne. On y forme les enfants des rues pour qu’ils deviennent chefs-cuisiniers. Les bénéfices vont directement aux enfants pour leur formation et le logement.
Très bonne cuisine servant une très bonne cause. À ne pas manquer !

Adresse: Rue Sethathirat, derrière le Wat Ong Teu

2. Les boui-bouis au bord du Mékong

Les boui-bouis au bord du Mékong - Où manger local a Vientiane ?Après une journée de cavale, quoi de mieux de se poser au bord du Mékong et de se faire bercer par la mélodie des musiques laotiennes ? Poufs et tables basses, poissons au barbecue, Hot Pot façon lao et Bierlao pour arroser le tout.
Très bon et prix imbattables !! Voila comment clôturer une belle journée dans ce beau pays.

Adresse : Fuyez le centre ville, longez pendant 10 minutes le Mékong (ne pas se diriger vers les deux grands hôtels). Si vous voyez l’”arbre aux milles et une guirlande”, c’est que vous êtes arrivés.

3. Lao Kitchen

3. Lao Kitchen - Où manger local a Vientiane ?Dans un cadre simple mais très propre voici une excellente adresse à Vientiane. La carte est riche et la nourriture est délicieuse. On vous conseille de toute évidence les laabs : au porc, au poulet ou encore au canard. Délicieux. Servis avec du lemon-mint, difficile de trouver meilleur (et pourtant, ce n’est pas faute d’avoir essayé).
En dessert, le célèbre « mango sticky rice ». Rien a ajouter. C’est très peu cher, c’est très bon, vraiment vous pouvez y aller les yeux fermés.

Adresse: Rue Hengboun

4. Marché de nuit

4. Marché de nuit - Où manger local a Vientiane ?C’est ici, qu’après une longue journée de travail, les laotiens viennent prendre a emporter leurs repas du soir. Vous y trouverez tout un éventail de plats locaux. Pourtant proche du centre ville, le marche n’est pas très touristique. Des petites tables jouxtent le marché pour pouvoir manger convenablement; sinon n’hésitez pas a rejoindre le Mékong pour une ambiance plus festive (10 minutes à peine).

5. Le marché de Thongkhankham

Le marché de Thongkhankham - Où manger local a Vientiane ?Anciennement plus grand marché du Laos, un incendie l’a ravagé en 2013. Vue la pression immobilière FRÉNÉTIQUE qui a récemment envahi la ville, certains ont “quelques doutes” sur la nature de l’incendie (court-circuit électrique ou projet immobilier chinois ?…mmmmh…).

Aujourd’hui le marché a repris du sang neuf. Les laotiens le fréquente ardûment, les prix sont (vraiment) très intéressants et on y trouve de tout. Lieu aujourd’hui emblématique, a seulement 15 minutes à pied du centre ville, on vous le recommande vivement !

Adresse: Asean Road

10 merveilleuses piscines naturelles

Plonger dans l’eau fraîche alors que le thermomètre explose c’est plutôt cool. Ce qui est encore plus cool c’est de profiter de cette eau fraîche en pleine nature, loin des piscines en plastique bourrées de chlore gazeux.

Voici les 10 piscines naturelles les plus improbables. Jetez-y un œil avant d’y tremper vos pieds.

  • Roca Vecchia, Italie

Roca Vecchia, Italie

  • Tat Kuang Si Waterfall – Luang Prabang, Laos

Tat Kuang Si Waterfall - Luang Prabang, Laos

  • Ik Kil Cenote, Mexique

Ik Kil Cenote, Mexique

  • The Fariry Pools Isle of Skye, Écosse

The Fariry Pools Isle of Skye, Écosse

  • Giola Thassos, Gréce

Giola Thassos, Gréce

  • Devil’s Pool Victoria Falls, Zambie

Devil’s Pool Victoria Falls, Zambie

  • Havasu Falls Supai, Arizona

Havasu Falls Supai, Arizona

  • Blue Lagoon Resort in Grindavík, Islande

Blue Lagoon Resort in Grindavík, Islande

  • Little River Canyon, Alabama

Little River Canyon, Alabama

  • Sliding Rock Brevard, Caroline du Nord

Sliding Rock Brevard, Caroline du Nord

Mais attention, méfiez-vous de l‘eau qui dort !

Malacca, un avant goût d’occident

Berceau du sultanat le plus puissant de l’histoire de la péninsule, Malacca a connu une histoire pleine de gloire, de fureur puis d’oubli. La ville a vu se succéder les colonisations portugaise, hollandaise et anglaise, métissage culturel dont elle garde un héritage architectural pittoresque.
C’est un peu la Venise malaise. Un avant goût d’occident en plein Asie.

Malacca, un avant goût d'occidentCité tolérante vivant au rythme des différentes religions. L’appel du muezzin cinq fois par jour, les cérémonies taoïstes au temple des Nuages verts, le plus ancien de Malaisie (1646), les processions des hindous, les messes à Saint-François-Xavier…Bienvenu à Malacca !

BUKIT CHINA

BUKIT CHINA Malacca Cimetière chinois Un peu à l’écart du centre-ville, sur la rive ouest, on pédale jusqu’à la colline ayant servi de résidence à la princesse Hang Li Po de Chine, fille de l’empereur, ayant épousé le sultan Masur Shah. Le cimetière couvre entièrement la colline. Les tombes tapissent le sol. C’est surprenant. C’est d’ailleurs le plus grand cimetière chinois du monde (en dehors de Chine bien entendu!) ; il contient plus de 12 000 tombes, souvent en mauvais état, dont certaines datent de l’époque des Ming.

STADTHUYS sur la place centrale

Ex résidence aux gouverneurs de la ville, construit par les hollandais, peint en rouge, elle est considérée comme le plus ancien bâtiment hollandais du Sud-Est asiatique. Les lourdes portes d’entrées abritent le Musée historique et ethnographique.

CHRIST CHURCH

CHRIST CHURCH - Malacca Première église protestante du pays, puis convertie ensuite par les Anglais en église anglicane, on se croirait véritablement en Europe. D’ailleurs les briques ont été importées de Hollande avant d’être enduites de latérite rouge. Les britanniques ont voulu y ajouter leur touche personnelle : la girouette et le beffroi.

SAINT PAUL’S CHURCH

SAINT PAUL'S CHURCH - MalaccaPerchée au sommet de la colline Saint-Paul, les ruines d’une église catholique portugaise se font chatouiller par le vent. L’église tomba en désuétude après la construction de Christ Church. La colline devint alors un cimetière pour les notables.

CHINATOWN

Chinatown MalaccaChinatown s’étend sur la rive ouest du fleuve, pédale-y depuis la place centrale. Rien à voir avec le Chinatown décevant de Kuala Lumpur : splendides demeures, temples et cafés chinois. Allez-y faire un tour.


Nos petits conseils :

  • Bus pour La gare des bus (RM1) toutes les 15 minutes
  • Louer des vélos à la journée : RM10
  • 2 jours sur place suffisent
  • Halte parfaite où passer la nuit entre Kuala Lumpur et Singapour

Treck dans la jungle à Taman Negara

Loin de l’agitation de Kuala Lumpur et fraichement revenues des Cameron Highlands, nous voilà à Taman Negara pour une nouvelle aventure. Taman Negara est un parc naturel national situé en Malaisie péninsulaire: on nous en avait dit que du bien, il fallait se rendre sur place pour y apprécier l’endroit.

Treck dans la jungle à Taman NegaraUn long voyage suivi de près de 3 heures de pirogue à moteur, voilà ce qu’il faut pour se retrouver dans la jungle, loin du vacarme des grandes villes. Sur la route nous rencontrons un couple d’allemand, ce sera avec eux que nous passerons les deux prochains jours.

Réveil un peu difficile le matin après la longue route de la veille. On prend un bon petit-déjeuner dans un boui-boui au bord de la route : bœuf façon bashu avec son bol de riz. Aujourd’hui il va nous en falloir des forces.

Ici il vaut mieux y oublier l’autonomie. Difficile de profiter de l’endroit sans l’aide d’un guide. Accompagnées des deux allemands, nous avons choisi de faire un treck d’une journée – 23 km tout de même! Avant de commencer cette longue marche périlleuse nous passerons d’abord par le célèbre pont suspendu.

Treck dans la jungle à Taman Negara - MalaisieIl nous faudra traverser la rivière et rejoindre après quelques minutes de pirogue un petit escalier- à peine visible – au niveau de la canopée. Après une dizaine de minute on aperçoit au-dessus de nos têtes l’immense pont suspendu. C’est génial. Pas grand monde, pour ne pas dire personne. Ca change d’observer la foret de haut. On voit quelques singes qui fanfaronnent de branche en branche. C’est le plus grand pont suspendu du monde, quel spectacle !

On remonte tous les quatre sur la pirogue – cette fois on ira un peu plus loin le long du Temebling. On profite du ronronnement de la pirogue, après ce seront les jambes qui travailleront.

Treck dans la jungle à Taman NegaraC’est le guide qui a donné toute la qualité à ces moments : sans lui la journée n’aurait été qu’amas de lianes, d’arbre de 80 mètres de haut, le long des balises fréquentées par les touristes.

Bonnes chaussures aux pieds et manchette à la main, le guide nous explique les secrets de la jungle : telle plante aux qualités particulières, telle fleur … les traces d’un éléphant sur le tronc d’un arbre, les fourmis “oversize” dangereuses, la tarentule en pleine nuit, l’émotion du scorpion sous la lumière noire ou … ces fougères qui deviennent fluorescentes après la pluie.

Treck dans la jungle à Taman NegaraOn fera un petit détour dans un village aborigène : c’est le « copain d’enfance » du guide. La tribu change de lieu de camps à chaque décès. Ce village ne fait normalement pas parti du tour, on a de la chance. En revanche, un autre village se visite: le village Orang Asli. Mais nous préférons de loin ce village perdu, à une vingtaine de kilomètre de la ville la plus proche.

Treck dans la jungle à Taman NegaraAprès 4 heures de marche, on s’arrêtera pour « casser la croute ». Riz et porc en sauce emballé dans une feuille de bananier au menu. Ça fait du bien de s’arrêter un peu: marcher dans la jungle est épuisant (mais passionnant).

On remonte le sac sur le dos. C’est un peu moins lourd maintenant : la bouteille d’eau se vide, le repas est avalé. On continu à marcher. C’est beau mais les derniers kilomètres sont durs. On rencontre sur notre chemin un énorme lézard (iguane?), quelle chance ! Le guide sursaute et l’effraie à coup de bout de bois avant de nous laisser le temps de prendre quelques photos (floues malheureusement). Les araignées font parti du décor, attention à ne pas être celui qui ouvre la marche!

DSC_0858

Doucement mais surement on rejoint la rivière, où il nous faudra reprendre une pirogue. On l’a fait ! 23 km dans la jungle ! Les passages sont difficiles, souvent étroits, traversés par des troncs d’arbre – il vaut mieux être en bonne forme physique avant d’affronter ces drôles de chemin.

DSC_0782

Épuisées mais ravies de notre journée, on s’assied en terrasse jusqu’à tard le soir avant d’aller se coucher. Tiger Bier et bon repas malais pour clôturer cette belle journée. Demain, retour à Kuala Lumpur.

Les Cameron Highlands (et leurs plantations de thé à gogo)

On prend le bus depuis Kuala Lumpur avant même que le soleil se lève (RM35). La route est belle, plantations de palmiers à perte de vue. La route tourne, les virages sont serrés et nombreux. Le bus n’a pas peur et fonce à tout allure. C’est un peu effrayant mais il paraît que ça vaut vraiment le coup. Et il en faut des kilomètres pour gravir les 1600 mètres d’altitude où se cachent les plantations de thé malaises…

Les Cameron Highlands (et ses plantations de thé à gogo)4 heures plus tard nous voilà à Tana Rata. C’est ici que nous passerons la nuit ! Une brise apaisante nous caresse le visage alors que nous nous dirigeons vers des marchands ambulants pour y apprécier notre déjeuner (bien mérité). On prend le temps de programmer notre après-midi. On ne veut pas profiter des tours organisés (qui sont d’ailleurs hors de prix). Après tout on est venu ici pour un peu de calme et de sérénité après le géant qu’est Kuala Lumpur.

Tana Rata est une ville un peu excentrée. Ici pas de Tuk-Tuk ni de bus en vue mais seulement quelques taxis qui ont le monopole sur toute la région. Les prix sont donc excessifs ! On décide quand même de prendre un taxi pour rejoindre les plantations de thé de Boh Sg Palas, les plus grandes de la région. Celles-ci se trouvent à quelques kilomètres de la ville. Nous voilà déjà reparties. On profite du confort du taxi à l’allé parce que nous avons prévu un retour en stop.

Les Cameron Highlands (et ses plantations de thé à gogo)Les amoureux de nature seront comblés. La route pour y accéder est escarpée mais splendide. La plantation est immense. On se balade entre les pieds de thé, on y rencontre de rares récoltants au travail. La vue se suffit à elle même.

Le mieux est de marcher. Il faut s’immerger du paysage ; loin du brouhaha des moteurs de scooter ou de voiture. Nous passions l’après-midi à marcher sans rencontrer personne. Trop éloignées du Musée du thé et du café qui l’avoisine (et tant mieux). Nous avons choisis de ne pas y aller – nous voulions voir la nature et non pas rester coincer entre quatre murs. À vous de choisir bien entendu.

Les Cameron Highlands (et ses plantations de thé à gogo)

Le soleil commence à tomber. C’est ici que commence notre périple en stop. Première voiture trouvée, elle nous amènera jusqu’une petite ville. Ensuite nous tomberons sur un couple allemand. Nous passerons la soirée à Tana Rata où il n’y a pas grand chose à faire. C’est pas grave, la journée a été fatigante. Les jambes sont lourdes, le soleil a tapé fort aujourd’hui : il est temps de dormir.

Prochaine destination : Taman Negara pour un treck dans la jungle.

Kuala Lumpur en 2-3 jours

Voici un “City Guide” concocté par nos soins qui vous aidera à plannifier votre voyage dans la capitale malaise.

Que voir ? Que faire ? Quand ? Comment ? Et tout cela avec un « low budget » ?
Tant de questions vous assaillent? Vous êtes sur la bonne page.

Si, comme nous, vous voyagez en Asie du Sud-Est pour satisfaire votre curiosité, il est plus que probable que vous passiez par Kuala Lumpur, ou du moins par l’un de ses deux aéroports car c’est, avec Bangkok, une plate-forme logistique incontournable.

Pas besoin d’y passer plus de 3 jours, la Malaisie recèle d’autres sites à visiter. Partez à la découverte des plantations de thé de Cameron Highlands, de la jungle à Taman Negara ou des belles plages paradisiaques.

Les Tours Pétronas (KLLC)

DSC_0205

L’une des plus grandes fiertés des malais c’est bien entendu les Petronas Twin Towers (KLCC). 88 étages pour une hauteur totale de 452 mètres, 78 ascenseurs, 32 000 fenêtres : futuristes et impressionnantes.

L’équivalent de la tour Eiffel de Kuala, un monument à voir mais pour le prix (RM80) et la foule qu’il y a, cela reste dispensable.

DSC_0195

Moins cher que de monter en haut des Petronas, le SkyBar de KL. Comptez tout de même RM31 pour une simple Tiger (bière locale), le bar se trouve au 33e étage de l’hôtel Traders (juste en face des célèbres tours) avec une vue époustouflante sur les Twin Towers. Au milieu du niveau se trouve une piscine, pour le plus grand bonheur des clients diurnes qui peuvent en profiter pleinement.

Après vous pouvez également faire comme nous : monter au culot, prendre quelques photos, profiter de l’ambiance et redescendre sans payer le moindre verre. Après tout, c’est ça que de voyager avec un « low budget ».

 Informations (KLLC):
- Prix: 80 RM/adulte – 30 RM/enfant
- Horaire: Du mardi au dimanche
- Venir très tôt le matin pour éviter la foule 
  (nombre de visiteur limité par jour)
- Pour monter au SkyBridge, se rendre dans la salle des billets
  SkyBridge, à la base (prendre l’escalator depuis le
  centre commercial Suria KLCC)

La Tour Menara de Kuala Lumpur

caption

C’est un peu la Fernsehturm de Berlin ou la Perle de l’Orient de Shanghai.

Haute de ses 421m, lourde de plus de 100 000 tonnes. La Tour Menara a été construite en 1995 par l’architecte Kumpulan Senireka Sdn Bhd. C’est aujourd’hui le 2ème plus grand building en Malaisie après les Tours Petronas. Un restaurant panoramique tournant est situé au dernier étage de la tour.

Depuis la tour Menara, on ne voit les Tours Petronas que de côté, ce qui nous a déçu. Pour le reste la vue est quand même très correcte, mais le tarif demandé est-il vraiment honnête? C’est à vous de voir.

- Prix: 47 RM pour l’observation deck et 100 RM pour le dernier
  étage avec accès au restaurant
- Horaires: Tous les jours de 9h à 22h
- Comment s’y rendre? À deux pas de la jonction Jalan Jalan 
Punchak/P.Ramlee. On peut s’y rendre en taxi, en monorail ou métro LRT

Little India et Chinatown

44% de Malais, 43% de Chinois et 10% d’Indiens, vous vous rendrez bien vite compte que Kuala Lumpur est une ville cosmopolite et multiculturelle. Un grand brassage multiple de peuples de tous horizons !

Little India se trouve à quelques minutes seulement de KL Sentral. C’est un lieu très représentatif de la capitale : contraste entre monstrueux buildings et petits quartiers grouillant de monde.

Little India Kuala Lumpur

N’hésitez pas à visiter Little India un samedi, c’est le jour du marché. Il faut se perdre d’étales en étales pour goûter et apprécier les spécialités locales. Les gens se connaissent, se saluent et repartent sac à la main pour continuer leurs emplettes. C’est un quartier très chouette que l’on vous recommande lors de votre prochain séjour.

Attention, évitez le centre touristique de Little India. On s’attend à un morceau de l’Inde… et ce n’est malheureusement pas le cas. Il faut sortir des sentiers battus pour apprécier les lieux.

Chinatown Kuala Lumpur

Chinatown, sa Petaling Street et son (trop) célèbre Central Market : véritable marché de contrefaçon en plein air.

La seule chose sympathique est de manger dans les ruelles perdues du quartier. C’était très bon, à quelques rues du vacarme des marchands, et pas cher – notre addition n’a pas dépassé les RM8 !

Battu Caves

DSC_0005

On a du mal à croire que cet endroit impressionnant se trouve à seulement 3km du géant Kuala Lumpur. L’arrivée sur place est très impressionnante, on y découvre une statue qui semble vertigineuse ainsi que de nombreuses marches menant à une grotte sombre. Vous serez (plus ou moins gentiment) accueillis par des singes affamés.

DSC_0121Un endroit incontournable où s’allient main de l’Homme et nature. Des grottes aux formes majestueuses ont été sculptées par celle-ci. Quant à l’Homme, poussé par un élan spirituel et par la force de sa foi, il s’est approprié les lieux (à sa manière bien sûr). Comme s’il voulait reproduire sa faiblesse due à sa vie éphémère à travers son art. Malheureusement le sol des grottes a été entièrement cimenté, des installations lumineuses ont été montées et de nombreux marchands vendent toutes sortes de gadgets (sans aucun lien avec le lieu). Dommage.

Attention à ne pas avoir les jambes découvertes ou vous serez obligé de louer/acheter un foulard (RM4).

//