Le Triangle d’Or

À la découverte du triangle mal famé

Article - Triangle d'orCertain parlent d’une des plus belles régions de la Thaïlande. Vaste étendu montagneux et sauvage habité par de nombreuses minorités ethniques, le Triangle d’Or est délimitée à l’est pas le Laos et le Mékong, au nord et nord-est par le Myanmar (Birmanie) et au sud par la montagne Chiang. Il a été longtemps le grand centre mondial de production et de trafic de l’opium qui s’échangeait contre de l’or, d’où son nom.
On avait vu une Thaïlande touristique, nous allions voir enfin son authenticité, sa couleur, son attrait.

Vu l’étendu du site, le Triangle d’Or ne peut se visiter qu’en véhicule. Méfiez-vous de la durée du séjour prévu, ici le temps est toujours difficile à estimer. Le manque de transport en commun et la longueur des trajets imposant des routes montagneuses ne facilitent pas votre affaire.

Vous l’aurez compris, les plus beaux endroits sont relativement espacés, voilà donc comment nous avons procédé.

Nous voilà parties à la découverte du triangle mal famé! Ce séjour au nord de la Thaïlande va nous « jeter de la poudre aux yeux », sans mauvais jeu de mot.

1. Chiang Saen

C’est après une bonne nuit à Chiang Rai, loin de la vivacité des marchés de nuit, que nous nous dirigeons vers l’ancienne capitale du Royaume Lanna, Chiang Saen. Située à 60 kilomètres au nord de Chiang Rai, sur le Mékong, il nous aura fallut un peu plus de 2 heures pour faire le trajet.

On nous avait prévenu, la ville possède encore son ancienne muraille et les vestiges de 70 temples. Impressionnant ! Tous les guides vous le diront: ne pas manquer le Wat Paa Saak et son magnifique Chedi ou encore le Wat Chedi Luang avec son Bouddha vénéré du XVème siècle.

 Wat Chedi LuangEn arrivant à Chiand Saen nous sommes rapidement surprises par l’atmosphère tranquille qui y règne. Difficile d’imaginer l’importance que cette modeste bourgade a revêtit dans le passé !
Le mieux ici est de louer un vélo pour la journée et de se balader, d’y admirer les temples majestueux. On y accède parfois par des petits marchés, étonnement peu touristiques, où on y goutta crêpes fourrées au fil de sucre. Très appréciées par les thaïlandais, un peu moins par nous.

Thaïlande-33On fait beaucoup de photos, la pierre est un bon modèle ! On traîne. Faire et refaire un tour dans ce lieu si calme et vivifiant est un plaisir.

C’est un de nos endroits préférés en Thaïlande . On adore ce pays, la vie y est très agréable et les surprises aux quatre coins des rues.

Ce sont les cuisses lourdes, les mollets en compotes mais les souvenirs plein la tête que nous rentrons à l’hôtel. On aurait pu y rester des années, mais il faut continuer l’aventure, il y a tant à voir. On reviendra, on se l’est promis.

 2. Sop Ruak – Mae Sai – Tachilek

Réveil difficile, la nuit fut écourtée par le maudit bourdonnement d’un moustique ayant échappé à notre vigilance. Mais il faut partir tôt, une longue journée nous attend !

Sop Ruak - Mae Sai - TachilekNous voilà à Sop Ruak, une visite qui marque le « point du Triangle d’Or » où se rejoignent les frontières des 3 pays : Thaïlande, Laos et Myanmar. C’est surtout l’occasion de faire une ballade en bateau sur le Mékong (500 bahts pour la location d’un bateau « long tail » et de passer au Laos pour quelques heures dans un marché un peu touristique mais vraiment sympa (entrée 20 bahts, pas besoin de visa). Pour les collectionneurs de tampons, vous pourrez tout de même garder le signe de votre passage en tendant votre passeport.

On remonte le Mékong, on glisse sur l’eau, on se noie dans l’immensité du paysage. C’est une nouvelle Thaïlande que nous découvrons. Le paysage est tout autre, plus sauvage que ce que nous avions vu avant. Voilà qui s’appelle « en prendre plein la vue ».

Sop Ruak - Mae Sai - TachilekTrajet vers la ville frontalière de Mae Sai à 20 kilomètres de Sop Ruak. Cette ville est un immense bazar ou tout s’achète et se vend. C’est l’occasion de passer au Myanmar quelques heures et de visiter la ville birmane de Tachilek. On saute dans le premier tuk tuk, on se promène et on profite de cette ville étonnante !

On continu l’aventure vers la petite ville de Mae Salong. On retrouve nos routes longeant les rizières et les champs d’ananas. Avant de prendre de la hauteur on s’arrête sur la route pour acheter de l’eau, rencontre intéressante avec Tick qui nous conte l’histoire de la ville dans un anglais très local.

Sop Ruak - Mae Sai - Tachilek Mae Salong Rizière Fondée par les réfugiés chinois du 33ème régiment du Kuomintang en 1949 et c’est ici même que Kun Sa, le célèbre baron de la drogue dirigeait le commerce de l’opium jusqu’en 1994. Mae Salong est un havre de paix situé à plus de 1500 mètres d’altitude, entouré de villages des tribus Akha et Yao, de jungle et de plantations de thé. D’après Tick la ville en elle-même n’a pas grand intérêt mais la route est magnifique. Et il avait raison, quel havre de paix ! Ici nous ne sommes ni en Thaïlande ni en Chine, mais dans un petit monde à part où l’on aimerait arrêter le temps.

À 5 kilomètres de Mae Salong se trouve Ban loyo, un des plus beaux villages Akha du pays. C’était sur notre liste pour la journée mais d’après Tick nous avions oublié le village Akha Pami de Ban Lorcha à 15 kilomètres. Il dit que ce village fait parti de l’histoire du pays et que les thaïlandais du coin les admirent.

Il faut donc rajouter une visite sur notre liste. Que de spontanéité mais on ne veut pas passer à côté ! On le sait maintenant, et on ne veut pas passer à côté: il faut toujours écouter ce que disent les locaux.

On se dirige donc vers le village Akha Pami de Ban Lorcha. Ces villages deviennent de plus en plus rares en Thaïlande. Ces tributs montagnardes, originaires de Mongolie, se sont installées dans le nord de la Thaïlande au début du XXe siècle. Elles tiraient leurs maigres ressources de la culture de l’opium, autrefois la principale activité du Triangle d’Or. Ces tributs à guêtres brodées vivent à flanc de colline difficilement atteignables. Il nous fallait tout de mal aller à leur rencontre, on ne peut pas rater ça !

village Akha Pami de Ban Lorcha - tributs montagnardes, originaires de MongolieEt nous avons bien fait, ça valait vraiment le coup! Les akhas aiment chanter et faire la fête.Leurs costumes rouge et noir sont d’ailleurs étonnants et sont de loin les plus esthétiques des tributs montagnardes présentes en Thaïlande. Les femmes portent une jupe et des jambières très décorées. Sur la tête, une haute coiffe est ornée de dizaines de pièces d’argent. C’est un peu moins enjouées que nous découvrons les habitats qui contrastent avec leur mode de vie festif et leurs somptueux costumes.

 3. Thaton – Fang – Chiang Dao – Lampang

Retour à Chiang Mai en prenant la route passant par les villes de Thaton, Fang et Chiang Dao avant de prendre le train de bus pour retourner à Bangkok. 7 kilomètres avant Thaton se trouve le village des réfugiés birmanes où vivent les célèbres Padong, les « Femmes girafes », ainsi que les Palaung et les Kayaw (« Karenni grandes oreilles »). Ça sera notre dernière visite, une longue route nous attend après. Il est temps d’ouvrir un nouveau chapitre.

Thaton - Fang - Chiang Dao - LampangOn dénonce souvent l’exploitation financière de ces femmes girafes. Leurs villages seraient des sortes de zoo où les touristes afflueraient pour les observer et prendre des photos souvenirs. La curiosité l‘emporte, on se lance ! L’accès au village est une vraie aventure. On s’y rend en 4×4 par des routes défoncées mais le long desquelles les paysages sont magnifiques.

La rencontre avec les femmes-girafes est vraiment déconcertante. On se sent mal, on a parfois l’impression de déranger et effectivement de « visiter ». Mal à l’aise, on comprend parfaitement la polémique qu’il y a autour de ces populations.

Thaton - Fang - Chiang Dao - LampangLes femmes posent, elles sont fières. C’est un critère de beauté pour les Padong mais apparemment pas pour la jeune génération. On parle très rapidement avec une jeune fille âgée de 25 saisons de pluie qui a décidé d’enlever son collier après 19 saisons afin d’être libre. C’est intéressant mais on a un peu l’impression qu’elle rabâche son histoire à chaque visiteur. On ne sait pas s’il faut croire ou non à cette mise en scène.

On prend le chemin du retour un peu sonnées mais tout de même contentes d’avoir vécu ce curieux moment. Nous repartons à travers la brousse pour avaler d’autres paysages…

On s’arrête pour manger à Thaton, le long de la rivière Kok. Poulet, riz et ananas en dessert pour changer. On se sent bien ici, c’est très calme, très reposant. Il faut malheureusement partir, de nouvelles choses nous attendent.

Départ pour Lampang avec une petite halte au lac Phayao pour couper la route. On s’arrête en cours de route dans une plantation d’ananas. Ça faisait longtemps qu’on voyait ces champs nous narguer depuis la vitre de la voiture. Maintenant c’est chose faite, on connaît désormais le quand, comment et le pourquoi des plantations d’ananas. Mais il faut continuer vers Lampang sinon le train va partir sans nous.

Lampang - Annanas - Plantation - Finalement on arrive à la gare avec une bonne demi heure devant nous. On en profite pour faire un tour dans le marché municipal de la ville et d’y acheter quelques collations pour la soirée. C’est un train couchettes climatisé (à notre plus grand malheur), on vous raconte tout ça ici.

On entend le chef de gare siffler, il est temps de rejoindre Bangkok.

Advertisements

One thought on “Le Triangle d’Or

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s