Grèce Centrale

JOUR 1

Direction le nord et une longue route jusqu’au monastère d’Hosios Loukas. Perdu dans les montagnes, un havre de paix et de recueillement choisi par un ermite au dixième siècle. Nous traînons dans l’église où des mosaïques de style byzantin font la joie des visiteurs.

Grèce Centrale - Monastère d’Hosios LoukasNous reprenons la route direction Delphes qu’on attend de voir avec impatience. Delphes : un de nos grands-pères disait que c’est un des endroits au monde où il aimerait retourner avant de mourir. Le site est superbe, à flanc de montagne ; la citée grecque s’étalait dans un splendide panorama. Mais nous sommes un peu déçues par les ruines peu démonstratives.

« Pourquoi doit-on regarder ces morceaux de pierre ? » demande une jeune fille à son papa.

Temple d’Apollon - Grèce Centrale Le temple d’Apollon ne nous semble pas supérieur à celui de Corinthe, le théâtre ne vaut pas celui d’Épidaure ; il fait très chaud, l’ascension est difficile, les touristes nombreux. Au sommet, le stadium vaut le déplacement ; parfaitement conservé, cette construction romaine est hallucinante en ce lieu haut perché.

Nous poursuivons avec le musée très explicatif et indispensable à la compréhension de ce que fut Delphes. Une représentation au temps des Romains donne l’idée de sa splendeur. Sept mille statues agrémentaient l’endroit ! On peut voir aussi le fameux sphinx ailé vraiment impressionnant par ses dimensions et la finesse de sa sculpture ; il surmontait une colonne gigantesque.

Temple d'Athèna - Grèce Centrale Puis c’est le temple d’Athéna, petit édifice circulaire plaisant, perdu en pleine nature avec presque personne, ce qui change et est bien agréable.

Nous quittons Delphes, contentes de ces bonnes visions qui nous ont fait rêver. La route qui nous attend est encore longue. Nous filons vers le nord pour atteindre les Météores. Nous angoissons d’y trouver un hôtel, cette semaine de Pâques est très prisée des Grecques et l’hébergement nous est annoncé comme problématique, on verra bien !

La route est fatigante, la vitesse et les dépassements hasardeux sont fréquents ; la ligne blanche semble seulement indicative et quand en face arrive un véhicule, il vaut mieux se garer sur le bas-côté! En vue des Météores, au premier camping, nous nous précipitons pour trouver des bungalows de libres. Il y a de la place, aucun problème, à part le prix abusif… Quarante euros chaque et la piscine qui n’est pas en service ! L’angoisse nous a fourvoyé et nous fait accepter ces conditions exagérées, mais tant pis, nous voilà soulagées de savoir où dormir. Nous redoutions un peu d’avoir à passer la nuit dans la Thalia, la voiture de Renault.

Grèce Centrale - Les Météores

Grèce Centrale - Les Météores Grèce Centrale - Les Météores

Nous dînons en terrasse, au pied des Météores, ces étranges rochers ventrus qui dominent le village. Dans l’église, la messe et les chants orthodoxes agrémentent cette soirée délicieuse. Les cloches sonnent, la nuit tombe sur les Météores, la moussaka est appréciée et l’ouzo nous requinque de cette route un brin périlleuse.

JOUR 2 :

Presqu’île du Pelion - Grèce Centrale On se baigne tôt le matin et c’est bon !

En route pour la presqu’île du Pelion jusqu’à son versant Égéen. Après Kala Nera et son camping agréable, nous filons sur Vizitsa, un village aux belles demeures traditionnelles : une base en pierre sans fenêtres, un étage habitable en pans de bois couronné d’un toit débordant de lauzes. Une de ces demeures est à l’abandon, plus romantique encore; les autres sont souvent restaurées en hôtels de grand luxe, léchées à quatre épingles. À noter l’église trapue et massive, on dirait une grange. Superbe petite ballade dans ce village très typique.

Un bus de touristes, inconscient, peine à redescendre la route escarpée. Au-delà de Milies, descente aussi très escarpée vers la plage de Lambinou. Avant d’atteindre celle-ci, un vieux couvent ruiné nous enchante. Une petite chapelle attenante est ouverte, libre d’accès. Par le trou de serrure de l’église, on aperçoit une décoration chargée. Cette vision réduite, imparfaite est encore plus séduisante, pleine de mystère !

Presqu’île du Pelion - Grèce Centrale La petite plage est charmante et totalement déserte, nous sommes absolument seules. Après Tsangarada dont nous ne percevons pas la beauté, la petite plage de Milopotamos prétendument féerique avec la petite arche creusée dans la roche ; une sorte d’Étretat en miniature. Nous y déjeunons et nous y éternisons avec plaisir.

Maison des morts - Grèce Centrale La route continue avec des maisons des morts et des vues sublimes sur la mer Égée. Nous passons à Portaria avec ses ruelles grossièrement pavées, prétextes à une petite promenade délassante. Enfin, un dernier village avec ses maisons peintes, ses arbres considérables et une vue étendue sur Volos et son port : Makrinitsa.

Puis il faut rejoindre Athènes, la route est longue, dangereuse, une quatre voies en comptant la bande d’arrêt d’urgence dans laquelle on doit se garer pour qu’une voiture en face finisse son dépassement !

On dîne à l’appartement, la ville semble désertée, on s’est même garés dans la rue, ce qui est rare dans la capitale habituellement envahie de voitures. C’est la Pâques orthodoxe.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s